'Si on ne comprend pas qu’il y a des choses plus importantes que la vérité, on ne comprend pas combien la vérité est importante.'   Javier Cercas

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



12353454

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Anne Sibran




- 2 -



Emmanuel LEPAGE   -  Anne SIBRAN
La terre sans mal
Dupuis
75  pages
15.5  euros

25-11-2014

 

    En 1939, la jeune linguiste Eliane s’installe pour la troisième fois auprès des Mbyas. Venue pour étudier leur langue, elle les retrouve apathiques et résignés. Pourtant tout s’anime en quelques instants, le Karaï, l’Homme Dieu, est annoncé et il va les emmener vers la Terre sans mal et ainsi échapper à la fin du monde. Eliane se trouve emporter dans ce voyage périlleux et instructif alors qu’elle apprend que dans le même temps l’horreur s’est abattue sur l’Europe. Un petit bijou !

Thème(s) : Adulte Bandes dessinées

 


- 1 -



Anne SIBRAN
Je suis la bête
Gallimard
121  pages
13.5  euros

20-11-2007

 

    Une enfant nait dans la campagne. Heureux évènement et pourtant, ni elle, ni le lecteur ne connaitront ses parents : « Un jour, ils m'ont poussée dans un placard, puis ils ont refermé la porte. Et je ne les ai jamais revus. Ni la femme qui m'a sortie de son ventre. Ni l'homme qui me portait un peu.J'aurais dû en mourir, s'il n'y avait eu cette bête, entrée par la foret, sous le carreau cassé. ». La survie devient évidemment dès ses premiers jours sa préoccupation première à laquelle la Chatte contribue principalement. Elle lui apprendra tout, innocemment. La sauvagerie et le retour à l’état d’animal la gagnent et la transforment rapidement. Au fil des lignes, le lecteur se sent à la fois si proche d’elle dans cette lutte pour la survie et si éloigné devant les moyens mis en œuvre. Et puis, un jour, au détour du chemin, elle retrouvera l’Homme. Un retour dans ce monde sera-t-il possible ?

« La vérité, c’est que le chat forestier devient la bête avant le cri. Il est comme le tapis de feuilles où la proie imprudente est allée se motter. Quand il s’élance soudain, on dirait que les arbres le suivent. Qu’il entraîne après lui un bout de forêt. »

« Si bien qu’il faut partir. Ici aucune bête ne reste hors d’oreille trop longtemps. Narine flairante, elle se coule aux passe justes, retourne à ses sentiers de discrétion. »

« Jamais je n’aurais cru qu’il y avait tant de manières de souffrir pour désapprendre la forêt. »

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture