'La paix, c'est de la guerre endormie.'   Hélène Cixous

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



12231069

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Giles Milton




- 1 -



Giles MILTON
Le nez d'Edward Trencom
Buchet-Chastel
365  pages
22  euros

04-03-2007

 

    En exergue à ce livre, il serait aisé de placer la célèbre tirade du nez de Rostand ! Une dynastie anglaise, les Trencom, ont effet un appendice nasal exceptionnel et extraordinaire au service de leur commerce tenu de père en fils : la fromagerie Trencom. Vous saurez tout sur les fromages européens appréciés semble-t-il de la gent britannique ! Mais le roman ne se limite à ses senteurs subtiles et si agréables de fin de repas : la famille est marquée par une conjuration : la fromagerie subit périodiquement des catastrophes et pas moins de neuf ancêtres d’Edward sont décédés de morts violentes et inexpliquées et tous en Grèce ou en Turquie ! Edward intrigué mais aussi inquiet puisqu’il se sent épié se lance dans une enquête périlleuse afin de découvrir les causes de ces disparitions en chaîne. Vous découvrirez comment un petit Tupperware sauvera Edward d’une destinée familiale fatale ! Giles Milton emploie les flash-backs du XVIIème à 1969 pour mener de front l’enquête d’Edward et la présentation de sa généalogie le tout avec un humour léger et subtil si british… Une saga historique odorante et savoureuse à déguster sans modération.

« La mère d’Humphrey s’était signée trois fois en voyant reparaître le patrimoine familial chez son fils. Elle avait accompli son devoir, et d’autres suivraient son exemple dans les années et les siècles à venir. Depuis la naissance d’Humphrey, au moins un enfant par génération – souvent mais pas toujours le premier-né de sexe masculin – recevait un nez de forme et de sensibilité prodigieuses. »

« Oncle Harry, avait-il demandé, qui est le premier à avoir eu notre nez ? … Je t’interdis d’aborder ce sujet chez moi. Ce nez a fait la grandeur de notre famille, mais il a aussi fait sa perte. »

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Florence Hertz

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture