'Dans la vie, le problème, c’est de se réinventer. De devenir un autre être. D’autant que lorsqu’on cherche à se réinventer, le vrai travail se produit, celui de la perpétuation, la puissante force qui pousse à être toujours soi-même, de sorte que les métamorphoses se nouent et se dénouent pour arriver au terrible constat : nous sommes toujours nous-mêmes mais plus profondément.'   Fabrice Humbert

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13267859

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Virginie Ollagnier




- 1 -



Virginie OLLAGNIER
Rouge argile
Liana Levi
218  pages
17  euros

25-07-2011

 

    Rosa revient au Maroc, pays qu’elle a quitté dans les années 50 en y laissant sa famille. Aujourd’hui, seule subsiste cette demeure au milieu d'un vaste domaine, témoignage du passé colonial familial et il est temps de mettre un point final à la succession malgré ce qu’elle lui rappelle : « Dans cette maison dans laquelle elle avait grandi et aimé pour la première fois de cette passion éternelle qu’on voue à se parents. Premier lieu auquel elle avait appartenu. ». Elle retrouve avec plaisir Sherifa, sa nourrice, deuxième mère toujours complice. Retour aux sources bouleversant, chaque objet, chaque vision provoque un flux ininterrompu de souvenirs, anodins ou non qui, image après image, la mène sur les traces de sa famille et de ses secrets. Elle s’était construite sur une certaine idée de son passé, un modèle de famille et de couple et ce voyage lui révèlera sa vraie famille, ses secrets et non-dits mais aussi son attachement viscéral à cette terre rouge et à la vie qu’elle crée, entretient, prolonge et achève. « Rouge argile. Sang séché. ».

« Merci de m’avoir offert ton Maroc, Sherifa. Ce n’est que du tien que je parle, pas du Maroc en entier. Je ne suis pas de ce pays, ce n’est pas le mien, Sherifa, j’ai mangé ta terre. J’ai mangé ta terre sacrée. Je serai donc là jusqu’à la fin de tes jours. »

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture