'Vieillir te fait remonter l'enfance en bouche.'   Fabienne Juhel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 





Verena Hanf

Tango tranquille
Edit. Le Castor Astral

SAMEDI 29 MARS - 10h30-12h



Rendez vous le samedi 29 mars à partir de 10h30,
Librairie Vaux Livres 13 Rue des Ormessons, Vaux-le-Pénil




       



A l'occasion de la venue de Verena HANF, une séance de signatures aura lieu à Vaux Livres le samedi 29 mars.
En cas d'empêchement, il est possible de réserver sa dédicace.

Présentation de l'auteur

Verena Hanf est née en 1971 à Freiburg (Allemagne) d'un père allemand et d'une mère égypto-libanaise. Études de sociologie, de politique et de journalisme en Belgique, en Angleterre et en Allemagne. Elle est aujourd'hui rédactrice dans une association qui soutient des projets pour les enfants dans des pays en voie de développement. Elle partage son temps entre l'Allemagne, où elle travaille, et Bruxelles, où elle vit avec son mari et ses enfants, et où elle a écrit, en français, son premier roman, Tango tranquille.


Présentation du roman, Tango Tranquille

Violette est une femme « d’un certain âge, quel bel euphémisme », seule, en effet elle a choisi volontairement « le silence social ». Elle s’est isolée des liens familiaux (marre d’être « la tache grise » des réunions familiales) et sociaux. Elle n’attend rien des autres et préfère se parler vertement d’ailleurs, la dame est directe et n’a pas la langue dans sa poche ! Enrique jeune Bolivien exilé et sans papiers est seul également, mais il subit sa solitude comme sa pauvreté. Il ne comprend pas pourquoi les gens ont peur de lui. Mais « l’île déserte n’existe pas » et le hasard des rencontres illumine parfois les vies. Les deux se croisent, un sourire (« son sourire soulage mon silence social »), un regard, elle décide de l’aider, ce « maigrelet ». Elle repoussera les barrières dont elle s’était entourée, elle redevient humaine, elle renouera les liens avec le monde et le passé qui n’est jamais mort mais aussi avec l’homme qu’elle a quitté. C’est décidé, elle arrête de « mordre ». Enrique reconnaîtra dans « madame patate » sa grand-mère, trouvera une nouvelle famille, une protection, de l’amitié et une véritable place à leurs côtés. Un bel hommage aux rencontres lumineuses qui peuvent bouleverser nos vies et écorner les préjugés, à l’attention portée aux autres qui peut tous nous sauver. Un style vif et personnel pour ce très joli premier roman.



Vous pouvez écouter la lecture de la première page de ce roman sur la présentation du compte-rendu de lecture de notre site


Mentions légales