'La littérature, comme toute forme d’art, est l’aveu que la vie ne suffit pas.'   Fernando Pessoa

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13681554

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Gilles D. Perez - Autofrictions








Gilles D. PEREZ
Autofrictions
Naïve
218  pages
19  euros

02-09-2011

 

    Pour fuir sa vie parisienne qui se délite, Joseph Toledano postule sur un poste de lecteur de littérature française à l’université de Sofia et à sa grande surprise l’obtient : « J’étais de bonne humeur, je changeais de vie, c’était inespéré ». Sans parler le Bulgare, Joseph trouve aisément sa place dans cette société qui n’a pas encore digéré sa longue période sous le joug communiste, les rencontres féminines se multiplient : « Et puis le sexe pendant la dictature, c’était notre seule liberté, du coup on est intoxiqués, on est drogués, Joseph ». Jusqu’à l'inattendu « glissement de terrain » où lors d’une soirée, Joseph est arrêté et se retrouve seul dans un commissariat face à des agents de police déchaînés. Les coups pleuvent, les insultes hurlées. Incompréhension. Joseph est perdu, prend peur, ne voit pas l’issue ni les raisons de cette violence. Devant la brutalité de ses tortionnaires, tous les sentiments animent Joseph. Cet isolement éprouvant est alors propice à un flash-back sur sa vie, ses rencontres, ses amours, son histoire, ses errements, ses choix assumés. Cette longue nuit bulgare suivie d’une convalescence pénible incite Joseph à poursuivre son introspection mais aussi renaître et certainement repartir vers une vie plus sereine. La plus longue nuit de Joseph, aussi dantesque que salvatrice !

« Le texte n’est ni un reflet ni un analogue du moi dans un autre plan, c’est et ça reste toujours une création, un mensonge. »

Thème(s) : Littérature française

 


Les titres de Gilles D. Perez lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Naïve lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture