'Dès qu’un esprit fermente, on l’emprisonne, dès que cent ou mille esprits fermentent, on envoie les gendarmes leur tirer dessus, mais quand des dizaines de milliers d’esprits fermentent de conserve, alors on envoie une députation, on noue un tire-jus au bout de sont stick, et on l’ébroue gentiment.'   Eric Vuillard

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



16419620

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Jean-Claude Leroy - Rien seul








Jean-Claude LEROY
Rien seul
Cénomane

112  pages
15  euros

29-01-2014

 

    Cédric est encore si jeune quand il suit Jean-Pierre sur la route. Petits boulots, des rencontres rapides, Judith qui le prend sous son aile puis Annick qui donne naissance à Violaine. Pourtant, le regard noir, il continue de vivre au jour le jour. Peu d’espoir et sans illusion, il sait inconsciemment ce que sera son avenir. Que peut-il attendre de cette société ? Il intrigue, dérange, mais « Il y a simplement qu’il s’ennuie, qu’il doit redoubler d’efforts pour rester dans le monde. » Il reprend son chemin, que faire d’autre ? Quelques répits, aussi courts et inattendus qu’épisodiques. Et pourtant. Une lueur ténue, la rencontre par hasard, au gré de pérégrinations, avec la grand-mère, une solitaire taciturne qui lui ouvre la porte, ne lui demande rien, n’exige rien, n’attend rien. Elle partage simplement son quotidien. Il se laisse prendre, presque emporter par la vie, humble, sans paroles, mais avec tant d’humanité. Un regard en dit parfois plus. Il réapprend quelques gestes, quelques odeurs, quelques sentiments inhérents à la vie auprès de cette grand-mère. Mais la société bien-pensante pourra-t-elle l’accepter ? Elle s’occupe nous et l’on devrait évidemment l’en remercier ! Un texte émouvant appuyé par une belle écriture suscitant un triste cri de révolte.

« Des chants d’esclave naquit le blues, or il y aujourd’hui une mélopée de la soumission qu’il faut savoir pousser, sans art, afin de complaire aux miliciens de la cohésion sociale. »

« La vie survient du passage du temps. »


Ecouter la lecture de la première page de "Rien seul"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture