'... vous restez toujours le jouet du désir de l’autre.'   Julie Peyr

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13652663

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Olivier Adam - Peine perdue








Olivier ADAM
Peine perdue
Flammarion
415  pages
21.5  euros

18-09-2014

 

    Les vingt-deux personnages de « Peine perdue » habitent dans une station balnéaire de la Côte d’Azur. Région paradisiaque et pourtant, derrière l’image idyllique, les arrières cours sont souvent troubles et la violence couve ; ces personnages ont d’autres préoccupations que d’admirer la mer, d’ailleurs même cette mer, à l’unisson de ces femmes et hommes et de leurs environnements va se fâcher, pleine de colère et de rancœur, elle se déchaînera, lâchera ses coups, comme d’autres sur un terrain de foot ou ailleurs... Olivier Adam réussit parfaitement à dresser ces vingt-deux portraits, à exposer leurs intimités, à tisser des liens puis les mailles de son filet, et le lecteur, douloureusement, s’y laisse prendre. Olivier Adam continue de s’intéresser aux invisibles, aux sans-grades, à cette majorité qui constitue la France mais qui se tait et subit la loi et la violence de notre société et des puissants qui la façonnent, ses personnages sont en perdition, abandonnés, en lutte pour la vie, la détresse n’est jamais loin, précaires dans tous les sens du terme. Emotion, noirceur, réalisme, sensibilité, fraternité, tout y est, un roman choral magistral !

« Pourquoi est-ce que pour moi la vie ne va pas de soi ? Et puis elle se reprend. Est-ce que c’est seulement le cas pour quelqu’un en en ce monde ? »

« Sidération, culpabilité, colère. La valse à trois temps de ceux qui restent. »

« C’est le problème avec la vie, a pensé Antoine. La nôtre est toujours trop étriquée, et celle à laquelle on voudrait prétendre est trop grande pour simplement se la figurer. La somme des possibles, c’est l’infini qui revient à zéro. Au final, ça passe. Ça finit toujours par passer. »

« Ne lui demandez pas qui c’est ‘’ils’’, il n’en sait rien. Mais il a souvent l’impression qu’ils existent et qu’ils sont bien décidés à les user jusqu’à la corde. Ne lui demandez pas non plus de qui il parle quand il dit ‘’nous’’. Nous c’est nous. C’est tout. Ceux qui en sont le savent très bien. Et les autres aussi. Chacun sait où il est. De quel côté de la barrière. »


Ecouter la lecture de la première page de "Peine perdue"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


Les titres de Olivier Adam lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Flammarion lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture