'Ca les vexait, les prolétaires, autant que ceux qui les encadraient, de voir démolir le château où ils espéraient entrer un jour par la grande porte.'   Laurent Chabin

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



14825718

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Pascale Dietrich - Une île bien tranquille








Pascale DIETRICH
Une île bien tranquille
Liana Levi
158  pages
15  euros

30-04-2016

 

    Les îles bretonnes sont souvent balayées par le vent, un vent puissant qui bouleverse la vie et bouscule parfois les curieux en haut des falaises… Le maire de Trevedic le savait mais sera néanmoins retrouvé mort au bas des rochers. Sa fille, Edelweiss, quitte donc son mari parisien bobo et « un peu connard » pour revenir sur l’île où elle est née afin d’enterrer son père (« Dans une heure, je serais dans un autre monde, une société miniature, celle où j’avais grandi. »). Mais son île a changé, étrangement, elle sent que quelque chose cloche. Des voitures de luxe peuplent l’île, des caméras de surveillance sont apparues, quelques yachts sont amarrés… Alors quand elle se met à douter de l’accident de son père (« A Trevedic, on comprend très tôt que le vent est la clef de tous les alibis. »), Edelweiss se doit d’enquêter auprès des îliens évidemment peu bavards : « Les îliens sont pudiques. Ils n’évoquent leurs malheurs que chez eux, abrités par le cercle de mer qui fait barrage au reste de l’humanité. » et même « Il y a un honneur à ne pas parler ». Mais Edelweiss a de la suite dans les idées, et malgré les menaces claires qu’elle subit, elle est bien décidée à découvrir la source de cette mutation et richesse intrigantes. Une enquête vivifiante et légèrement immorale, juste ce qu’il faut, qui prouvera que les Bretons imaginatifs ont de la ressource et que si les huîtres venaient à manquer, ils ont déjà trouvé un produit de substitution !

« Il ne faut pas chercher à aimer tout chez un homme. Je l’ai appris à mes dépens. Il faut en aimer une partie suffisante, au moins cinquante pour cent. Le reste, il faut parvenir à l’accepter, sinon c’est mort. »


Ecouter la lecture de la première page de "Une île bien tranquille"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


Les titres de Pascale Dietrich lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Liana Levi lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture