'On mange tôt dans les maisons de retraite : les serviteurs ont pris le pas sur les maîtres. Quand vient la marche à la mort, il faudrait donc avancer sa montre ?'   Héléna Marienské

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13663365

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Nathalie Bauer - Des garçons d'avenir








Nathalie BAUER
Des garçons d'avenir
Philippe Rey
445  pages
20  euros

19-06-2011

 

    Nathalie Bauer à partir des notes et carnets de son grand-père a construit un récit romanesque de la première guerre mondiale à travers le quotidien de jeunes hommes issus de milieux différents mais tous continuant de vivre, d’espérer. Après l’horreur des combats, les périodes d'accalmie et les permissions offrent quelques périodes de répit lors desquels la vie reprend ses droits. L’amitié les unit, (« … cette amitié qui consistait à se raconter ce qu’on taisait aux autres, à se confier sans éprouver l’envie de rien cacher, sans rien avoir à prouver, sans ces petits ou grands ressentiments souvent mêlés de jalousie qui ligotaient inexorablement frères et sœurs, à se sentir chez soi n’importe où pourvu qu’on soit ensemble, à partager les mêmes expériences et à discuter ensuite. »), amitié salvatrice qui contribue à les maintenir en vie, chacun apprend de l’autre dans les situations extrêmes qu’ils partagent, des liens indéfectibles se nouent, une aventure humaine forte mais avec retenue et sans révolte. Ces hommes avaient et croyaient en un avenir avant la guerre (étudiants en médecine) mais la guerre bouleversera tout et en décidera autrement. Un récit de la Grande Guerre abordée avec un axe singulier avec une écriture raffinée.

« Pourtant il m’arrivait de penser que ce cran, justement, qui était devenu notre mesure pour évaluer les hommes, n’était qu’un artifice imposé non seulement par notre éducation, mais aussi par l’armée, pour nous unir en une masse obéissante, nous empêcher de nous indigner face à l’horreur, de clamer la peur qui nous ne lâchait pas. »


Thème(s) : Littérature française

 


Les titres de Nathalie Bauer lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Philippe Rey lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture