'... le temps avance par vagues. Le tout est de rester léger et une de ces ondulations nous emportera quelque part.'   Mia Couto

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



12033954

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Alice Ferney




- 5 -



Alice FERNEY
Les Bourgeois
Actes Sud
355  pages
22  euros

18-09-2017

 

    Alice Ferney dans son dernier roman a choisi de nous faire suivre le destin au XX ème siècle d’une grande famille française bourgeoise, les bien nommés Bourgeois. Cette famille nombreuse naturellement, 10 enfants et la grand-mère aura 24 petits-enfants (ce qui implique quelques difficultés pour le lecteur), reste inféodée au vieux triptyque famille, patrie et religion (« Le drapeau, l’armée, l’honneur, Dieu, voilà qui vous tenait un homme. »). Dans le même temps, Alice Ferney nous parle d’un siècle de l’histoire française et prouve ainsi qu’il n’y a évidemment pas une seule et unique histoire française mais des histoires. En effet, ce prisme, ce choix délibéré de famille qui expose leurs avis, leurs croyances, leurs comportements, voire leurs erreurs est emblématique d’une certaine France et malgré le talent de l’auteur, certains lecteurs risquent de demeurer devant le porche de l’église se contentant de regarder de loin cette famille...

« Il y a trois façons de vivre avec le passé : le contempler à l’instant où il est le présent, l’oublier quand il est perdu, en conserver à jamais le souvenir. »


Ecouter la lecture de la première page de "Les Bourgeois"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 4 -



Alice FERNEY
Le règne du vivant
Actes Sud
206  pages
19  euros

24-08-2014

 

    Gérald Asmussen, caméraman, nous raconte « le règne du vivant ». Il monte à bord de l’Arrowhead qui part pour sa septième campagne arctique avec à son bord une poignée de militants soudés et décidés à s’opposer farouchement à la pêche illégale. Magnus Wallace, Don Quichotte moderne (ressemblant furieusement à Paul Watson) dirige avec peu de moyens mais beaucoup d’efficacité cette nouvelle mission. Gérald Asmussen se retrouve totalement impliqué dans cette lutte, et confronté au drame d’un homme qu’il admire, au drame des « océans sans loi », au drame des « eaux vivantes », au drame des espèces vivantes et évidemment des hommes ! Il filme, se pose en témoin mais choisit d’écrire : « Avant de consigner par écrit cette histoire, je l’ai filmée, close et tragique : les patiences et les attentes, les longs appareillages, la peine et l’ennui, la quête et le découragement, la bataille et la victoire, le danger, la peur et la chute… Je serai dans mes phrases, je choisirai chaque mot, tandis que les films ne capturent que le fait visible et le présent. Je remonterai le cours des choses, je révélerai les corruptions, les infamies. J’éclairerai la prédation du monde, l’arrogance et la cruauté des hommes, leur insatiable cupidité. » Il retrace le destin de Magnus Wallace amoureux depuis toujours de la nature et insoumis, engagé pour la vie (« Il y a quinze ans, je suis entré en dissidence. J’ai cessé de respecter la propriété plutôt que la vie ! »). Gérald Asmussen partage avec l’équipe la vie à bord, leurs espoirs, les rencontres avec les pilleurs, les négociations, les violences, la mort des baleines… L’époque de Moby Dick est bien loin, la lutte est définitivement inégale aujourd’hui, la place de l’homme a bien changé, et sa prédation totale. Magnus Wallace demeure constamment attentif, combatif, radical, déterminé et jamais fatigué, il ne craint personne, ne doit rien à personne et prône la désobéissance. Il ira jusqu’au bout de sa lutte, il dérange les puissants et bouscule le système, ils n’hésiteront pas, ce terroriste comme ils se plaisent à le qualifier les gêne... Vibrant et émouvant hommage à un Héros, à l’engagement, à la vie, à la mer et à la nature.

« Parce que dans ce moment de notre civilisation, le profit est devenu plus précieux que la vie. Nous ne l’avouons jamais, nous faisons mine de l’ignorer, nous professons le contraire, mais toutes les décisions de nos gouvernants en témoignent. »

« L’homme est une sale bête autant qu’une bête sale. »

« Exhiber ces clichés n’est pas indécent, c’est obligatoire. »

« L’homme est le seul prédateur qui ne prévient pas de ses intentions. »

« Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion. »



Ecouter la lecture de la première page de "Le règne du vivant"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 3 -



Alice FERNEY
Cherchez la femme
Actes Sud
550  pages
23.5  euros

01-04-2013

 

    Alice Ferney propose au lecteur de monter dans un manège, montagne russe qu’est la vie de couple. On pense y monter à deux, un long parcours chaotique, où certains, s’ils n’ont pas refusé auparavant de prendre place, peuvent souhaiter descendre avant la destination. L’histoire de couples (deux couples de deux générations successives), de leur naissance où chacun arrive avec son vécu, son enfance, ses parents et leurs empreintes indélébiles, son origine sociale, ses différences, à leur épanouissement, mais aussi à leur usure voire à leur déchirure, aimer ne suffisant pas parfois pour vivre et vieillir ensemble. Alice Ferney montre qu’un couple passe aussi par la découverte de l’autre et dissèque les différents états des couples, entre épanouissement et enfermement, les déséquilibres, petits égoïsmes et autres jalousies, les illusions, les extases, leur complexité mais aussi et peut-être surtout l’implication évidente ou non du passé personnel ou commun. Une plongée dans l’intime toujours aussi passionnante.

« … preuve s’il en faut que le mariage unit deux familles et deux styles, et qu’on le traverse non pas en tête à tête mais en lignée, non pas à deux mais à six. »

Ecouter la lecture de la première page de "Cherchez la femme"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 2 -



Alice FERNEY
Passé sous silence
Actes Sud
204  pages
18.5  euros

18-08-2010

 

    Passé sous silence revient sur un fait historique de la seconde moitié du vingtième siècle mais tous les noms, lieux et dates ont été changés. Ce moment historique implique deux hommes, le chef de l’état Jean de Grandberger et le lieutenant colonel Paul Donadieu. L’un juge et partie condamnera l’autre après qu’il a organisé un attentat. Les deux hommes reflètent deux visions différentes du pouvoir, de l’honneur, du respect. Bastien Thiry qui l’a pourtant admiré ne peut accepter la trahison de De GrandBerger. Manipulé, il montera cet attentat voué à l’échec et après un procès expéditif, sans la grâce de De GrandBerger, il sera exécuté. Alice Ferney plonge au plus profond de la psychologie de ces deux personnages et en ces temps commémoratifs, elle éclaire à bon escient et au bon moment ces épisodes encore très présents dans notre quotidien.

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Alice FERNEY
Les autres
Actes Sud
532  pages
21.8  euros

21-08-2006

 

    Une maison, trois générations d'une famille et quelques proches et un jeu "Personnages et caractères". Ce jeu, "susceptibles s'abstenir", offert par Niels à son frère Théo entraîne la famille et ses proches dans une véritable et terrible introspection et analyse : la tension devant la vérité ira croissante, ce jeu est une machine à révélations. Toute famille recèle ses secrets et ses non-dits que le jeu fera voler violemment en éclats : les révélations se succèdent et l'analyse psychologique et comportementale des protagonistes sera impitoyable : connaît-on ses proches ? quelle image ont-ils de nous ? comment nous jugent-ils ? comment pensons-nous que les autres nous apprécient ? De quoi nous jugent-ils capables ? ... Tant de questions rarement posées que le jeu énoncera pourtant.

Alice Ferney décrit la même soirée selon trois modes ou éclairages :
- "Choses pensées" : suite de courts chapitres présentant alternativement le ressenti d'un acteur du vécu de la soirée et ses réflexions
- "Choses dites" : déroulement complet et collectif du jeu
- "Choses rapportées" : un narrateur neutre reprend la partie et éclaire certains faits, comportements, ou dialogues par de nouvelles informations.

Alice Ferney réussit parfaitement cette analyse psychologique familiale collective et a l'art d'explorer les failles de chacun. Ses personnages sont toujours aussi humains, sensibles, vulnérables et attachants. Reste à savoir si vous appliquerez ou non ce jeu en famille !

"Je regarde le journal télévisé. Comme si je pouvais par là m'acquitter de ma présence au monde, mais c'est peine perdue. A mon âge on ne résiste plus aux clameurs mondiales de la violence : on éteint le poste et on pleurt."

"Niels est fier comme un enfant. Il croit que son idée plaît. Pauvre Niels ! Qui se croit si intelligent et irrésistible, et qui a tout sous les yeux pour le croire. Ce qu'il ignore fait de lui un imbécile, mais justement il l'ignore."

"Depuis quand croyons-nous que notre perception du monde est le monde ? Depuis quand sommes-nous si sûrs que la réalité telle qu'elle existe pour nous existe identique pour les autres ?"

"On se tue avec des phrases. On cesse d'exister sous les yeux de celui qui a prononcé les paroles irréparables. Puis on cesse de l'aimer parce qu'il vous a fait disparaître en vous parlant si mal. Tout cela sans un mot après trop de mots."

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture