'Puis j’ai compris que voir et savoir ne changeaient rien au cours de l’histoire.'   Fabienne Swiatly

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



11803147

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Allain Glykos




- 1 -



Allain GLYKOS
Aller au diable
L'Escampette
124  pages
14  euros

28-06-2007

 

    Antoine jeune garçon suit ou subit une éducation classique. Son père nourrit de grandes ambitions pour lui. De retour de l’école, Antoine reste à l’écart et observe dans un mutisme profond (« Antoine détestait qu’on l’obligeât à donner des gages de ce qu’il deviendrait quelques années plus tard. Un homme, un vrai, comme les autres ») : il observe les fourmis et les jambes des clients du café de son père. Puis un jour, après son bac, Antoine décide de ne plus participer à la vie des hommes et de partir pour ne pas laisser de trace. Il veut désapprendre (« Pour la première fois, il doutait de pouvoir un jour oublier tout ce qu’il avait dans le crâne »), revenir à un état animal. Il marche sans bruits, sans paroles, il marche sans but (« Marcher, aller, était le seul moyen qu’il avait trouver de déserter la trace immédiate des pas qui précèdent les pas à venir »), avec entêtement sans se retourner, sans avenir (« Qu’on pût lui dire à plus tard, à tout à l’heure, à bientôt, à demain, lui semblait un atteinte à sa liberté et l’encourageait à ne plus revenir. Il ne cessait de répéter, je vais où je suis, je suis où je vais. Que le Nord perdît sa trace ! Il dénonçait l’espoir et tout ce qui paralyse l’homme et l’oblige à rester. »). Sur son chemin, il rencontrera une femme qui le suivra comme une espèce de délivrance mais sans vraiment savoir pourquoi. Elle ne le comprendra pas mais suivra à quelques mètres de lui jusqu’à l’issue du voyage. Antoine est brutal, sans sentiment mais ne fournit pas d’explication et ne cherche ni à se justifier ni à ce que l’on le comprenne. Il avance. Pour «aller au diable»...

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture