'…personne, pas même le plus enragé des révolutionnaires, ne peut aller aussi loin que la République française.'   Yannick Haenel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13259624

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Claudie Gallay




- 4 -



Claudie GALLAY
La beauté des jours
Actes Sud
406  pages
22  euros

03-08-2017

 

    Jeanne et Rémy forment un couple heureux. Depuis longtemps. Très longtemps. Ils se sont mariés jeunes, ont eu deux jumelles et la vie continue, sereinement, simplement, comme un petit ronronnement répétitif et sans surprise, dans la vie intime comme dans la vie professionnelle. Alors Jeanne tente de s’accorder, de capter quelques instants, quelques éclairs de liberté, filets de lumière éblouissants. D’abord dans sa vie routinière par quelques actions singulières, quelques beaux moments inattendus, mais aussi dans son admiration ultime de la plasticienne Marina Abramović qu’un professeur lui avait fait découvrir l’année du bac. Jeanne vivra un été particulier, sa meilleure amie se fait plaquer par son mari pour une plus jeune femme, elle croise son amour d’adolescente jamais oublié, elle rencontre la performeuse dans une entrevue silencieuse mais mémorable, autant d’évènements où Jeanne pourra choisir, apprécier quelques espaces de liberté mais aussi ressentir la poésie de la vie, appréhender « l’utilité de l’inutile » et l’élégance du quotidien.

« Les femmes ne sont pas moins fortes que les hommes, non, ce n’est pas ça, mais elles renoncent. Elles laissent leurs rêves pour réaliser ceux des hommes. »


Ecouter la lecture de la première page de "La beauté des jours"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 3 -



Claudie GALLAY
Une part de ciel
Actes Sud
448  pages
22  euros

08-09-2013

 

    Alors que l’hiver approche, Carole est de retour dans sa vallée natale, au cœur de la Vanoise ("Je suis née ici, d'un ventre et de ce lieu."). Son père lui a promis de la rejoindre, elle, son frère et sa soeur. Elle a quitté le village de longue date alors que son frère et sa soeur sont restés. Elle craint légèrement ces retrouvailles, les liens se sont effrités, eux sont restés soudés, ont accepté le passé, pourra-t-elle retrouver sa place dans la fratrie ? Mais, cette fois, elle a le temps, elle attendra son père, comme auparavant sa mère l’a tant fait. Claudie Gallay établit tranquillement, sereinement, l’atmosphère au coeur de ce village à l’ancienne. Les personnages sont simples mais cabossés, toujours si humains. Tous conservent une part de rêve, lueur d’espoir et béquille d’existences souvent rudes. Dans ces villages, dans ces familles, les secrets perdurent et Carole mettra à profit cette pause pour parler, revenir sur le passé, notamment sur l’incendie de leur maison qui les a tous éprouvés pour repartir grandie et apaisée. Claudie Gallay avec un style direct et sec et de nombreux dialogues, nous enchante encore avec ce beau roman, ses personnages attachants, et comme Christo dont Carole traduit une biographie, elle sait dévoiler quand il le faut, les non-dits, les secrets et la vérité de ses personnages.

« Ici, comme ailleurs, c’est l’ennui qui fait devenir salaud. »

« Les pères sont les failles des filles. »

« La vie, on ne la refait pas. On fait des choix et on laisse des choses. »

« Tu te souviens trop, Carole, il faut te dépolluer de tout ça. »


Ecouter la lecture de la première page de "Une part de ciel"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 2 -



Claudie GALLAY
L'amour est une île
Actes Sud
351  pages
21.8  euros

19-07-2010

 

    Cet été là, le festival d’Avignon sera singulier. La grève des intermittents vient perturber son déroulement et les sentiments des spectateurs, acteurs, organisateurs seront exacerbés. Parmi eux, Odon Schnadel toujours artistiquement ambitieux présente avec sa compagnie la pièce d’un auteur inconnu et décédé, Paul Selliès. Mathilde, dite la Jogar, revient en star à Avignon et tentera de retrouver les traces de son passé avignonnais. Enfin, la jeune Marie, qui n’appartient pas au monde du théâtre, écorchée vive (au sens figuré comme au sens propre), toujours sur le fil du rasoir, vient trouver des réponses notamment concernant le suicide de son frère Paul Selliès qu’elle n’accepte toujours pas. Ces trois personnages principaux égratignés et blessés par la vie et le temps se croisent, se repoussent, s’attirent, s’aiment, toujours sur fond de théâtre, mais le théâtre est la vie et la vie est le théâtre : la totalité de la palette des sentiments s’exprimera donc autour d’eux, sentiments pour lesquels l’œuvre et la disparition de Paul Selliès demeurent le personnage principal : "Associer la beauté et la mort, il voulait ça, cette union infernale".

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Claudie GALLAY
Les déferlantes
Le Rouergue
522  pages
21.5  euros

07-03-2008

 

    La narratrice d’une quarantaine d’années vit depuis six mois dans le Cotentin à la Hague. Professeur de biologie, elle participe à un programme du Centre Ornithologique de Caen mais vient aussi oublier son passé et peut-être en guérir. Peu à peu, au rythme des marées (ou des déferlantes), Claudie Gallay installe magistralement une atmosphère singulière à mesure que la narratrice découvre les habitants de ce bourg. Solitaire, elle observe la mer et fait corps avec elle, lui crie son désespoir et sa douleur. Pourtant les habitants l'accepteront et elle découvrira les histoires enfouies et tues du village ; étrangère au village, elle s’intéresse malgré tout à tous et à leurs trajectoires. Elle loge dans une maison balayée par le vent et les embruns où vit également Raphaël sculpteur insatiable et passionné qui regarde avec circonspection le monde et en propose sa vision d'artiste. Il vit une relation privilégiée avec sa soeur Morgane, belle femme de 30 ans admirée de tous les hommes. Autour d’eux s’animent une série de personnages (« A la Hague, les vieux et les arbres se ressemblent pareillement torturés et silencieux ») comme Nan une vieille folle habillée de noir qui a vu disparaître toute sa famille en mer ou La Cigogne une petite fille décharnée au quotidien difficile mais qui continue de rêver… Jusqu’au jour où Lambert arrive au village pour vendre la maison où il venait en vacances avec ses parents. Le passé va ressurgir… Nan prendra Lambert pour un autre, un certain Michel. Progressivement se révèleront les liens exacts qui unissent tragiquement Lambert à ce village et peu à peu, le miroir se brisera et chacun aura son rôle ou sa vision des évènements… Un grand roman fait de rancunes, de haine, de mensonges, de non-dits où la mer est omniprésente (« Ces vagues les déferlantes. Je les ai aimées. Elles m’ont fait peur »), la mer cruelle qui broie et détruit mais qui accueille aussi les passagers éphémères que sont les hommes et les oiseaux.

« C’est son rêve et les gens qui ont des rêves ne risquent pas grand chose. Et ceux qui n’en ont pas, ils risquent quoi ? Je ne sais pas… mais c’est moins facile pour eux »

"Des oiseaux par milliers volent vers les feux
Par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
Par milliers aveuglés par milliers assommés
Par milliers ils meurent.
Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
Les oiseaux ils les aiment trop
Alors il dit tant pis je m'en fous
Et il éteint tout...
"
Jacques Prévert, le gardien de phare aime trop les oiseaux

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture