'Te voilà bien : homme modéré, inestimable sous-fifre des méchants. Homme modéré, on peut t'utiliser pour faire le mal, mais tu ne vaux rien pour faire le bien.'   Herman Melville

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13214177

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Eva Kristina Mindszenti




- 1 -



Eva Kristina MINDSZENTI
Les inattendus
Stock
91  pages
11  euros

20-02-2007

 

    Au nord de la Hongrie, à la frontière slovaque, un hôpital est installé. Il accueille dès leur naissance des enfants abandonnés par leurs parents terrifiés : ces enfants aux corps déformés sont les victimes après coup de Tchernobyl. Klara, la jeune femme narratrice, nous raconte sa vie après son engagement dans cet hôpital comme soignante afin d’obtenir un salaire et éviter d’attendre que le temps passe (« je n’ai jamais rien vu de plus repoussant. Je n’ai jamais rien senti d’aussi attirant »). Elle montre comment progressivement elle s’habitue à ces enfants et à leurs malformations, leur apporte réconfort et trouve en eux des qualités qu’elle n’a pas vues ailleurs. Elle devient pas à pas une autre à leur contact. (« Je découvrais des émotions… Je me demandais jusqu’où pouvait aller le reniement de ce que l’on a appris. A quel moment, mes parents, en comparaison avec les malades me sembleraient difformes »). L’hôpital devient sa maison. Ces enfants peuvent rire, penser, ils veulent être dignes et elle les défend, les protège, les aime. Leurs vies s’imbriquent dans celles des soignants : « Ensemble. Dans cet enfer. Ensemble. En enfer. C’est doux ». Deux béquilles aident Klara dans son quotidien : son amour de la poésie (« il a écrit des livres pour que des gens comme moi ne sombrent pas ») et son admiration pour les chiens (« le chien l’emporte sur l’humain »). Un livre douloureux sur ces enfants mais aussi sur Klara, inattendue, qui n’aura jamais été indispensable à ses parents. Un texte composé de phrases courtes, voire d’enchainements de mots, d’un style ciselé qui renforce sa dureté et sa douleur. Premier roman de E.K. Mindszenti à découvrir.

Thème(s) : Littérature étrangère

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture