'Je ne tue jamais le lundi. C'est une question d'exigence personnelle et de rythme. Il ne faut y ni superstition, ni vieille habitude de célibataire. J'ai toujours préféré les fins de semaine pour réaliser cette partie de mon oeuvre.'   Jean-Baptiste Destremau

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10108759

Fabrice Loi




- 1 -



Fabrice LOI
Le bois des hommes
Yago
395  pages
19  euros

15-08-2011

 

    Ivan semble dans un premier temps suivre le chemin habituel, le but classique partagé par beaucoup, échapper à sa condition mais rapidement lassé de sa course folle et sans but dans un monde qui lui est étranger, il choisit de devenir charpentier, métier manuel universel, intemporel entre ciel et terre qui permet, malgré sa rudesse et sa dangerosité, de laisser voguer pensées et rêves. Ivan et un narrateur suivent son itinéraire. Ivan est d’abord soumis à l’intérim et à ses règles esclavagistes dans le Paris des arrière-cours, derrière les échafaudages, loin des paillettes ! Société hiérarchisée qui exploite sans aucun sentiment la misère humaine, rencontres avec les sans-papiers, les sans-grade, les exilés... Mais Ivan ne supporte plus ce monde, cette société moderne : « J’ai mal au monde. J’ai mal à moi-même, à mon corps, à ma tête. Je me suis trompé, renié, tué sans m’en rendre compte. Sans rien y comprendre. Mon époque m’a égaré », et préfère une autre voix : « Il a choisi ça. L’errance ». En effet, de Paris à Bamako en passant par Marseille et l’Espagne, après la fin d’un amour désespéré et intense, Ivan part sans but à part celui de retrouver Abdullaye son ami sans-papiers expulsé de France, laissant couler le temps au gré des rencontres. Au Mali, il s’engage sur un chantier géré par les Chinois, les nouveaux rois de l’Afrique qui remplacent les anciens colonisateurs, s’imposent par le nombre, au service de leur économie. Il retrouve l’engagement, la solidarité, la joie sans oublier évidemment la pauvreté et les règles imposées par les puissants. Un premier roman dense et intense, roman des ouvriers, des manoeuvres, des exploités, roman initiatique, social et politique, roman d’aventure mais aussi trajectoire d’un homme à la recherche d’amour et refusant l’injustice et de se plier aux règles castratrices de la société libérale contemporaine.

Premier roman

« Car c’est bien connu, les autres sont dangereux, polluants, chiants, mortels, bref : ils sont différents. »

« Les Européens ne comprennent plus ces choses. Ils doivent réapprendre ce que signifie s’exiler pour survivre. »

« Mordille les oreilles d’un saxophoniste, il en restera toujours quelque chose ! »

« Vivre c’est gagner du temps ; attendre c’est mourir. Voilà désormais l’étrange règle. »


Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture