'L’ennui, poursuit-elle, c’est que les gens pensent que l’amour va tout sauver. Les plus emmerdants exigent que l’amour les sauve d’eux-mêmes.'   Audur Ava Olafsdottir

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13250679

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Isabelle Desesquelles




- 2 -



Isabelle DESESQUELLES
Je voudrais que la nuit me prenne
Belfond
205  pages
18  euros

01-08-2018

 

    « Je voudrais que la nuit me prenne » est illuminé par la voix de l’innocence, la voix de l’enfance. Le temps a passé mais tous ont en souvenir les huit ans de Clémence, heureuse auprès de parents attentionnés, débordants d’amour, de tendresse et d’une légère folie bienveillante. Alors seize années plus tard, Clémence replonge avec délice dans ces journées joyeuses avec la conviction que le souvenir est demeuré intact malgré un voile noir qui suscite un malaise interrogatif. Mais les mots de la petite Clémence nous entraînent dans leur tourbillon repoussant les explications à plus tard, on veut continuer de croire en le bonheur, la vie et l’amour, « C’est ça l’enfance, ma Clémence, que rien ne soit impossible. » Isabelle Desesquelles nous offre une pépite bouleversante d’émotions retranscrivant parfaitement et avec sensibilité les liens entre générations et porte toute son attention au bonheur, à la vie et à sa fragilité.

« Je réalisais combien l’absence est une présence. »

« Je sais moi le mal que peut faire tout ce que l’on ne sera pas. »

« Un enfant, il ne peut pas être que du malheur. »


Ecouter la lecture de la première page de "Je voudrais que la nuit me prenne"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Isabelle DESESQUELLES
Les âmes et les enfants d'abord
Belfond
105  pages
10  euros

25-01-2016

 

    La pauvreté s’étend, elle est partout, à hauteur des yeux d’enfants (« Avant même qu’ils ne sachent lire et écrire, ce que nous offrons à ceux que nous élevons, c’est la misère à hauteur de leurs yeux… »). On feint de ne pas la voir, on détourne les yeux, on l’ignore, on la nie. Mais les enfants d’aujourd’hui ? Ils sont nés avec cette pauvreté, en silence, ils la voient, la ressentent, elle les enserre. Une fois adultes, quel sera leur sentiment, leur appréhension de la pauvreté ? L’habitude, l’indifférence et l’acception auront-elles remplacé l’indignation, la commisération et le refus ? Pour en parler et susciter le débat, la narratrice s’adresse à la femme qu’elle a vue devant le porche d’une église à Venise, une masse informe, seul indice d'une humanité, une main tendue vers le ciel. Cette vision marque définitivement la narratrice (« Vous pesez sur ma conscience et c’est bien. »), ne quitte plus ses pensées, modifie sa vision de son quotidien et de son environnement. Un court récit non dogmatique, qui ne fournit pas de réponses clé en main, mais bouscule le lecteur, suscite moult interrogations et incite à oser une profonde réflexion et un regard lucide et précis.

« La vraie victoire des ultrariches, c’est que les prochains pauvres se battent contre les pauvres. »

« … alors que la seule question, bientôt, sera : comment faire pour ne pas être pauvre ? »


Ecouter la lecture de la première page de "Les âmes et les enfants d'abord"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture