'A la violence de ce qu’on vit s’additionne ce dont on se souvient.'   Nathalie Démoulin

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



12346826

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Mathilde Alet




- 2 -



Mathilde ALET
Petite fantôme
Luce Wilquin
155  pages
16  euros

19-02-2017

 

    Jo et Gil sont deux sœurs très différentes. Jo est la plus âgée, la plus belle, et depuis son retour de Chine, les deux sœurs se retrouvent dans un café pour discuter. De là naîtra leur projet, écrire un roman à deux, se partager, et donner naissance à un auteur à deux têtes et quatre mains. Une expérience inédite qui va naturellement bouleverser leur quotidien, leur relation, qui ira vers la lumière, qui s’enfoncera dans une solitude accrue ? Comment la notoriété éprouvera-t-elle leur relation de sœurs ? Une variation sur les relations entre sœurs, « Quand on a une grande sœur, on passe les quinze premières années de sa vie à essayer de lui ressembler et les suivantes à essayer d’être différente. », et sur la naissance d’un écrivain.

Ecouter la lecture de la première page de "Petite fantôme"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Mathilde ALET
Mon lapin
Luce Wilquin
122  pages
12  euros

13-11-2014

 

    Gabrielle revient sur les lieux de son enfance pour enterrer son grand-père. Elle nous fait partager cet instant si particulier où les familles se réunissent et se retrouvent pour dire adieu à l’un des leurs, entre la vie et la mort (« Un enterrement, c’est comme une journée à la mer, ça creuse. »). Ce moment est propice à un retour en arrière, les souvenirs remontent à la surface. Gabrielle regarde son passé avec tendresse même si parfois la colère semble poindre dans cette famille où le silence est de mise, on ne pose pas de questions chez ces gens là... Elle appréciait le calme qui régnait autour de Papy Louis : « Finalement, je ne connais pas grand-chose de sa vie. Pour moi, il n’a jamais été que Papy Louis et, à trente ans, je le vois encore avec mes yeux d’enfant. C’est peut-être ça, perdre son grand-père : perdre un peu de son enfance. ». Mais les enterrements sont parfois aussi propices à une renaissance, et même parfois à une rencontre prometteuse pour l’avenir… Un premier roman plaisant et enlevé avec des remarques percutantes sur la famille et ses non-dits.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Mon lapin"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture