'Je crois qu’il ne faut jamais regarder trop longtemps en soi. C’est là que se trouve notre pire visage, celui que nous essayons de dissimuler pendant tout une vie.'   Jean-Paul Dubois

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



11806103

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Pia Petersen




- 4 -



Pia PETERSEN
Un écrivain, un vrai
Actes Sud
220  pages
20  euros

27-06-2013

 

    Le souffle médiatique est puissant et étouffant et Gary Montaigu va l’apprendre à ses dépens. Au sommet de son art, cet auteur populaire reconnu de tous vient d’obtenir le prestigieux et estimé Booker Prize. Pourtant la célébrité aveugle, et il accepte de participer à une émission de téléréalité « Un écrivain, un vrai ». Les caméras s’installent à son domicile et filment sans discontinuité, rien ne leur échappe, sa femme, attirée par les lumières étoilées, est aux anges… Peu à peu, l’extérieur s’installe, exprime son avis. Son écriture devient prisonnière, sa liberté disparaît, les téléspectateurs interviennent, guident, font pression, une écriture participative s’élabore. L’écrivain résiste, plie, la toile est en effet tissée, un contrat signé ne peut être rompu, sa femme véritable araignée venimeuse et le producteur veillent. Mais reste-t-on écrivain en acceptant de devenir star et en répondant aux exigences de tout un chacun, star également, nécessairement ! Gary saura-t-il s’échapper, briser la toile et retrouver une liberté perdue ? Pia Petersen continue l’œil pétillant de titiller le lecteur avec un ton aussi réfléchi que grinçant et moqueur.

Ecouter la lecture de la première page de "Un écrivain, un vrai"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère

 


- 3 -



Pia PETERSEN
Le chien de Don Quichotte
La Branche
222  pages
15  euros

25-05-2012

 

    Hugo est l’homme à tout faire et surtout à tuer d’Esteban, un patron véreux et violent propriétaire d’une multitude de sociétés, proche du pouvoir et surtout prêt à tout pour accroître sa richesse et son influence sur la société et ses acteurs. Pourtant Hugo rencontre par hasard un prêtre en perdition imbibé d’alcool qui lui donne un livre et lui conseille une lecture attentive. Le livre (mais quel livre ?) bouleverse la destinée d’Hugo : le bien l’obsède, il veut faire le bien et part à sa conquête, arrêter ces boucheries sans fin, ces meurtres inutiles. Lors du contrat suivant, attendri, il recueille même un chiot qui l’accompagnera ensuite partout, pour son plus grand bonheur mais aussi son plus grand malheur : « …et c’est ainsi que tout commença, avec un livre et un chiot… ». Mais vouloir le bien lorsqu'un groupe de jeunes hackers se prenant pour Robin des Bois dérobe argent et papiers compromettants à Esteban, est-ce envisageable et réaliste ? Pia Petersen réussit pleinement une belle galerie de portraits et à rendre compte d’une tension extrême et étouffante dans les moments cruciaux de l’affrontement.

Ecouter la lecture de la première page de "Le chien de Don Quichotte"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller

 


- 2 -



Pia PETERSEN
Iouri
Actes Sud
360  pages
21.8  euros

03-02-2009

 

    Iouri est un brillant artiste plasticien reconnu par le milieu de l’art. Il partage sa vie avec Max la narratrice qui l’aime plus que tout, l’artiste, l’homme, l’œuvre. Pourtant Iouri devient franchement hostile aux mesures sécuritaires de plus en plus contraignantes qui gèrent et encadrent son quotidien. Il estime également que l'art est devenu trop consensuel alors qu'il doit toujours bousculer, être subversif, dangereux, voire violent. En réaction, il s’engage en solitaire dans une démarche artistique radicale, peut-être ultime. Max assiste impuissante, avec une certaine incompréhension, à son changement de comportement et se morfond d’être mise à l’écart de ce terrifiant projet (« Je lui en veux parce qu’il ne m’a pas impliquée mais m’a tenue à l’écart et il aurait pu faire de moi sa complice, mais il ne l’a pas fait et je lui en veux, à lui et à son art »). Iouri a un secret et elle croit ou craint de le deviner. Sans être définitivement certaine des conséquences de ce projet, elle oscille entre adhésion et terreur et nous livre ses observations et ses interrogations les plus intimes. Elle n’en aura la certitude qu’à la fin du roman et seulement à cet instant, elle pourra choisir et figer son jugement devant la dernière « œuvre » de Iouri… Un roman obsédant et lancinant, troublant et dérangeant sur les limites de l’art et de l’amour.

« Il me dit qu’il faut trouver comment préserver son droit à la liberté et que c’est absurde mais c’est comme ça, il faut revendiquer le droit au crime pour se réapproprier sa liberté et c’est là tout le problème »

« Quand je regarde Iouri, je me dis qu’entre artiste et criminel, il n’y a pas tant de différence, ils contournent ou détournent ce qui est donné pour vrai et ils vivent selon d’autres normes parce qu’ils ont une vision différente de la société... »

« J’ai encore un choix à faire. Je me demande si j’ai encore un sens moral et si cela veut dire quelque chose. Quand je regarde le monde, je me dis que le sens moral est une idée dépassée, qu’elle n’a plus de sens, que le sens moral se maintient pour des raisons de nostalgie et que la nostalgie tue le monde et j’aurais bien voulu que les choses se passent autrement. »

Thème(s) : Littérature étrangère

 


- 1 -



Pia PETERSEN
Passer le pont
Actes Sud
396  pages
21.8  euros

09-09-2007

 

    En attendant Nathan au musée Victor Hugo de Paris, Kara se remémore sa rencontre avec cet homme dont elle ne peut se détacher. Peu avant leur rencontre, elle reçut un courrier qui lui apprenait son licenciement, premier coup dur. Souhaitant des explications, son patron lui assura que ce licenciement était souhaité par l’ensemble de ses collègues, seconde nouvelle, terrible qui la plongea dans un profond désarroi. Les sentiments d’inutilité, de solitude, d’humiliation l’envahirent et dans cette mauvaise passe, sa vulnérabilité fut extrême. Un ancien camarade de classe lui proposa alors de rencontrer Nathan dont elle deviendra immédiatement dépendante. Le magnétisme de Nathan l’aveugle. Sous influence, elle intègre une petite communauté aux services de Nathan et ne pourra plus se passer de lui. La pression psychologique ira croissante. Pia Petersen décortique avec précision les méthodes appliquées par Nathan pour maintenir les membres de son groupe sous pression et sous dépendance et montre comment il réussit finalement à ce qu’ils nient eux-mêmes leur propre identité et leur existence. Kara épaulée par un ami prendra conscience de son enfermement psychologique mais pourra-t-elle aller jusqu’à rompre cet attachement ?

Thème(s) : Littérature étrangère

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture