'Le mal, c'est notre silence à tous.'   Fabienne Juhel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10594941

Sophie Van Der Linden




- 2 -



Sophie VAN DER LINDEN
L'incertitude de l'aube
Buchet-Chastel
150  pages
13  euros

14-09-2014

 

    C'est la fête de la rentrée. Anushka est heureuse, joyeuse de reprendre le chemin de l’école et retrouver son amie Miléna. Elle est accompagnée de son grand-père qu’elle adore et Miléna de sa mère. Anushka est pressée et son grand-père traîne. A l’entrée de l’école, seul le grand-père reste à l’extérieur et les autres rejoignent le gymnase qui fait office de salle des fêtes, fête qui tourne immédiatement au cauchemar. Des terroristes les retiennent en otage. Attente, terreur, solitude, soif… L’enfant donne sa vision des évènements, du drame qui se déroule sur quelques jours, une fillette peu familière de cette violence dont l’imaginaire reste peuplé par les contes, des histoires et un monde qui vont l’aider, l’accompagner (comme le lecteur) tout au long de cette tragédie (« Mon lit. C’est tout ce que je veux. Et une histoire pour m’endormir. »). Entre deux violences, deux hurlements, une comptine lui permettra de s’évader et conserver son innocence et son âme d’enfant. Avec une prose poétique et sensible, sachant varier les rythmes, Sophie Van Der Linden en évitant un pathos étouffant rend un hommage poignant aux victimes de la tragédie de Beslan qui se déroula en 2004.

Ecouter la lecture de la première page de "L'incertitude de l'aube"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Sophie VAN DER LINDEN
La fabrique du monde
Buchet-Chastel
156  pages
13  euros

07-08-2013

 

    Mei, jeune Chinoise, est venue en ville pleine d’espoir, un travail, un logement, de l’argent… Finalement, elle dort, loge, travaille dans l’usine de textiles qui l’a embauchée. A chaque nouvelle commande, un nouveau slogan (« Ton courage tu donneras sans limite pour construire une Chine prospère. ») motive ces petites mains qui ne font qu’une avec leur machine, efficaces, aguerries à la douleur, sous l’œil sévère d’un contremaître sans pitié veillant au respect de délais toujours plus oppressants : « Je n’ai pas été au bout de ma douleur car je sais qu’elle est sans fin. Pourtant, je dois garder ma fierté. » Et pourtant, la jeune Mei continue de rêver, sa vie ne fait que commencer, elle rêve d’une rencontre, d’un amour pour la vie. Et le rêve peut-il devenir réalité dans le monde de Mei ?

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "La fabrique du monde"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture