'Mais nous ne voyons des autres que ce qu’ils nous montrent. Chacun de nous existe dans sa propre tête et dans son cœur, les seuls lieux où nous apparaissons tels que nous sommes, sans promesses et sans fard'   Maria Ernestam

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10425992

Sylvie Blanchet




- 1 -



Sylvie BLANCHET
Dis seulement une parole...
L'Arganier
167  pages
17  euros

12-11-2009

 

    Les deux protagonistes Leslie D. et Paul K sont deux « bestioles » quelque peu différentes de celles qui occupent cette « grosse boule ». Les autres courent, grimpent, glissent, tombent sans trop penser. Ils parlent parfois trop, parfois pas assez mais tous éprouvent au quotidien les difficultés d’être un homme dans ce monde contemporain, dans cette société individualiste. Elle travaille avec des enfants d’un quartier dit sensible, il est journaliste radiophonique, la parole est donc au centre de leur vie professionnelle mais aussi privée. Les deux tentent de survivre ( « … mais qu’en fait il ne sait pas trop ce que c’est que de vivre. ) » tout en acceptant leur condition humaine et en observant la fragilité terrifiante de ces bestioles qui vivent les unes à côté des autres, sans trop se voir ni se comprendre. Un beau texte au style original sur la difficulté d’être, de vivre dans notre monde.

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture