'... l’écriture n’est pas la lecture, qu’écrire est une tentative pour planter une forêt dans quelques centimètres carrés, tandis que la lecture est l’exploration d’une forêt. L’écriture est d’abord un doute. Un livre dans les mains apaise souvent l’immensité. Les livres sont à la dimension de notre esprit, pas à la dimension de l’univers... Les livres sont des témoins de notre ignorance, et leur beauté tient de leur imperfection.'   Daniel Besace

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



18200486

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Romans traduits par Marie-José Castaing




- 2 -



Mercè IBARZ
Dans la ville en chantiers
Tintablava
103  pages
15  euros

31-05-2007

 

    Recueil de trois nouvelles, fresque du Barcelone contemporain et passé. A la fois chronique sociale et œuvre poétique, ces nouvelles nous dévoilent Barcelone dans toutes ses dimensions et notamment dans ses choix architecturaux et artistiques non sans conséquence sur la vie quotidienne de ses habitants. Livre succinct mais d’une extrême densité, au service d’un texte poétique et sensible.

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Marie-José Castaing

 


- 1 -



Marti ROSSELLO
Anna K.
Tintablava
279  pages
18  euros

30-12-2005

 

    Un livre sans concession qui nous conte la vie d'Anna K. ou plutôt de "plusieurs" Anna : la mère d'Anna K. et sa fille se prénommant aussi Anna, éternel recommencement... Les situations vécues et/ou subies sont toutes plus exceptionnelles les unes que les autres : sexe, violence, empoisonnement, disparition... Vice et vertu alternent dans le livre et guident les comportements des mêmes acteurs, les hommes n'ayant pas la part belle. La laideur répond à la beauté comme le désespoir à l'enthousiasme. Un dernier chapitre à noter concerne la mort, "une formalité à laquelle il ne fallait pas accorder trop d'importance", sa préparation, son attente et sa nécessité.

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Marie-José Castaing

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture