'Mais il vaut mieux que les mots soient lâchés, sinon il ne reste que les regards. Et le silence, c’est déjà la mort.'   Isabelle Kauffmann

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



20618958

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Alejandro Palomas




- 2 -



Alejandro PALOMAS
Une mère
Pocket
320  pages
7.6  euros

19-03-2020

 

    Barcelone, un 31 décembre, Amalia est tendue, impatiente, joyeuse, anxieuse, entre euphorie et stress, un mixte de sentiments face à ce repas de réveillon qui s’annonce avec enfin tous ses enfants. Elle a subi de longues années un mari méprisant et retrouvé une certaine liberté depuis un divorce douloureux (« Elle a besoin de temps pour assumer qu’il n’y a plus personne pour lui faire du mal juste parce qu’elle est qui elle est. »). Ils seront tous présents aux côtés de leur oncle. Sept couverts pour six personnes, le septième étant réservé aux absents (dont Ingrid la meilleur amie d’Amalia). Chacun arrive avec son histoire, ses douleurs, ses joies, son passé. Amalia aimante, protectrice et bienveillante mais parfois aussi pesante, épuisante et maladroite, Fernando qui vit seul avec son dogue allemand, Emma qui n’arrive pas à se remettre de la mort de sa précédente compagne, Olga la nouvelle amie d’Emma, Silvia obsédée par la propreté qui se noie dans le travail ne pouvant avoir d’enfants, l’oncle Eduardo séducteur qui aimerait tant être indispensable. Le repas est donc propice à nous faire découvrir une vie de famille avec ses secrets (chacun est constitué d'une face A et d'une face B mais peu connaissent les deux faces), ses non-dits, ses rancunes mais aussi son amour, évidemment le lecteur s’y retrouvera à un moment ou à un autre, le récit est vif et rythmé, toujours vivant, parfois loufoque et drôle, l’humeur est variable, mais notre attention constante grâce notamment au ton et au style de l’auteur.

Premier roman

« …le seul avantage d’un mari, c’est qu’au moins il ne t’emprunte pas tes culottes ou tes soutiens-gorge. »



Ecouter la lecture de la première page de "Une mère"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Vanessa Capieu

 


- 1 -



Alejandro PALOMAS
Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins
Le Cherche Midi
223  pages
20  euros

12-01-2020

 

    Guille, petit bonhomme attendrissant de neuf ans, rêve d’être Mary Poppins. En effet, il a connu Mary Poppins avec sa mère qui partageait souvent avec lui ses aventures. Mais depuis, sa mère est partie pour un long voyage et n’en est pas revenue, seul avec son père, il attend donc sa lettre hebdomadaire avec impatience. Alors pour pallier cette absence et alléger ces attentes, Guille a choisi les mots, les histoires et le rêve. Sa différence l’isole à l’école, il reste seul avec Nazia sa petite copine, également rejetée par les autres. Cet univers qu’il s’est créé lui permet de montrer de la joie, des sourires, mais derrière ce masque, qu’y a-t-il ? Sonia, sa maîtresse, et Maria, psychologue scolaire, s’interrogent. Son père tente de le protéger, fait tout pour, et préfère garder le silence sur le départ de sa maman, mais qui protège qui réellement ? Tendre, émouvant, lumineux, délicat, derrière chaque sourire, les larmes ne sont pas loin. Un livre magique qui rappelle que derrière l’innocence des enfants, il y a aussi une remarquable acuité pour découvrir ce que les adultes veulent leur cacher.

Ecouter la lecture de la première page de "Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Vanessa Capieu

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture