« La Révolution sera la floraison de l'humanité comme l'amour est la floraison du coeur. »
Louise Michel

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45860841

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Anna Gavalda

Anna GAVALDA

La consolante
Le Dilettante

637 pages | 29-03-2008 | 24.5€

Charles Balanda, 47 ans, est architecte, homme moderne, hyper pressé, vie professionnelle étouffante mais qui semble le satisfaire. Il partage sa vie avec Laurence et sa belle-fille Mathilde. Sa relation avec Mathilde éclaire son couple triste et en dérive. Alors qu’il rend visite à ses parents, une lettre de son ami d’enfance, Alexis, lui annonce la mort de sa mère, Anouk. La nouvelle le bouleverse et marque un tournant définitif dans sa vie. Anouk représente son enfance, point de référence joyeux pour les deux amis pourtant si différents, elle leur a appris la vie (sous toutes ses facettes) épaulée parfois par le fameux Nounou, vieux travesti baby-sitter à ses heures perdues. Pour se retrouver, retrouver son passé et sa vie, il part à la recherche d’Anouk et d’Alexis. Un long voyage dans le passé, pas toujours gai, jamais désespéré, qui permettra à Charles de se réconcilier avec lui-même. Il rencontrera Kate, réincarnation ou héritière d’Anouk, et les cinq enfants qui l’accompagnent. En leur compagnie (que serait Anna Gavalda sans les enfants ?), il retrouvera la vie simple et sans artifice à laquelle Anouk les avait initiés. Anna Gavalda excelle pour nous transporter dans cette nouvelle histoire si humaine et si contemporaine, un bel hymne à la vie, « la vie. Ce privilège. ».

« Il y a la première manche, la deuxième, la belle, la revanche et la consolante. C’est une partie pour rien… Sans enjeu, sans compétition, sans perdants… Pour le plaisir, quoi… »

« Mais tout est histoires, Charles… Absolument tout, et pour tout le monde… Seulement, on ne trouve jamais personne pour les écouter… »

Thème(s) : Littérature française