« C’est stupide. Toute la vie on s’efforce de s’éloigner de ses parents et on finit, au fond, par leur ressembler. »
Andreea Rasuceanu

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

68681496

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Canek Sanchez Guevara

Canek Sanchez GUEVARA

33 révolutions
Métailié

1 | 110 pages | 04-10-2016 | 9€

Un trentenaire tourne en rond à Cuba, sur cette île isolée, bloqué, il tourne, et tourne encore, comme un disque rayé. Seul espoir, la mer et le départ, mais la mer est aussi un cimetière pour beaucoup de Cubains. Alors il nous raconte Cuba, de manière directe, sans concession, sans artifice ni embellissement. Il nous parle de la résignation des Cubains, de leurs rêves bafoués qui se transforment en cauchemar, de la surveillance permanente mise en place par le pouvoir, une détresse de tous les instants souvent noyée dans l’alcool. Et tout le monde tourne, et tourne encore, sur place, sans évolution possible, « le désarroi est la seule certitude. » Avec une écriture épurée qui fait tilt à chaque phrase, il s’agit du seul roman (posthume) du petit-fils du Che, un texte noir qui rappelle que la mer fut le seul horizon pour beaucoup de Cubains.

Ecouter la lecture de la première page de "33 révolutions"

Fiche #1860
Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : René Solis