« Pour moi, la première violence est de s’arroger le droit de disposer de l’autre. Du corps de l’autre. Au nom d’une supériorité légitimée par la naissance, le sexe, l’argent, la position sociale ou encore par des lois humaines ou divines. »
Maïssa Bey

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

49590020

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Christine Deroin

Christine DEROIN

Quelques gouttes de valériane
Diabase

90 pages | 08-04-2011 | 12€

Quelques gouttes de valériane rapporte le monologue tendu d’une femme qui happe le lecteur au fond d’un gouffre d’amour dans lequel elle a déjà entraîné durant neuf mois son mari. D’un lieu jamais nommé, elle revient sur ces neufs derniers mois, les ressasse à l’envi (« Sans cesse je me souviens de ces neuf mois, je me les raconte »), neuf mois de passion extrême où la raison s’éteint, d’étouffement, de (re)naissance ou de mort... Un engagement total et absolu, elle souhaite, exige même, le bonheur, pour eux, pour lui (« Je préméditais le bonheur de Marc »), pour elle. Elle ne renoncera pas, elle le protègera contre lui-même, contre les autres, abandonnera temporairement son emploi dans une parapharmacie pour lui, pour leur amour. Ecriture clinique, distante, presque froide et pourtant en total symbiose avec ce récit où la passion bascule dans la folie et hélas, elle ne se soigne pas par les plantes !

Thème(s) : Littérature française