'Personne n'ignore que très souvent même les silences qui paraissent éloquents donnent lieu à des interprétations erronées avec des conséquences graves et parfois fatales.'   José Saramago

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



18767180

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Gisèle Fournier




- 1 -



Gisèle FOURNIER
Le dernier mot
Mercure de France
134  pages
13.5  euros

03-11-2010

 

    Une mère. Une fille. Chacune a sa vision, son appréhension de l’autre, de leurs vies. La mère plonge mot après mot dans une profonde dépression depuis de longues années. Elle est la narratrice de la première partie écrite à deux voix : son récit oscille entre « elle » et « je ». Dédoublement maladif, elle semble vivre à côté d’elle-même, s’observer, se craindre, redouter les autres, ne pas se comprendre. Le naufrage menace, il est annoncé, elle le sait, le ressent, mais continue de plonger au plus profond d'une espèce de brouillard alimentée par la peur qui ne l’abandonne jamais, l’étreint, la dilue jusqu’à la mort attendue. A la mort de sa mère, sa fille découvre un cahier où elle a noirci une soixantaine de pages. La fille délivre alors sa vision et son interprétation glaciale des faits et du comportement de sa mère, « cet être possessif, malfaisant, probablement écorché par la vie – mais les blessures, les meurtrissures n’excusent rien – et, en même temps, je me heurte à une inconnue ». Une cassure irrémédiable entretenue par des non-dits a séparé ces deux femmes. La fille refuse cette mère cherchant à la « phagocyter », croit en sa différence et l’entretient. « Le dernier mot » est un constat froid, sans concession, parfois terrifiant exposé sous deux (voire trois) angles de la personnalité d’une femme en perdition. Gisèle Fournier en adaptant son style à chacune des voix aspire le lecteur vers ces deux femmes et lui fait terriblement ressentir la psychologie de cette femme que rien ne semble pouvoir sauver.

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture