'Si tu diffères de moi, mon Frère, loin de me léser, tu m'enrichis.'   Antoine de Saint-Exupéry

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



36614777

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Jan Carson




- 1 -



Jan CARSON
Les lanceurs de feu
Sabine Wespieser
384  pages
23  euros

14-08-2021

 

    Annuellement, Belfast voit les tensions renaître lors de la parade orangiste du 12 juillet. 2014 fut une année spéciale : avant le Douze, les incendies illuminent la ville, les appels à la violence se multiplient, la ville s’embrase. Une ville toujours prête à exploser avec une multitude de murs, de hauts murs : entre les pauvres et les riches, les catholiques et les protestants, les flics et les manifestants. Chaque quartier vit replié sur lui-même et les informations hésitent parfois à circuler entre chaque espace. Tout en décrivant le marasme irlandais, Jan Carson nous parle de filiation et de transmission, transmission de son histoire, de ses peurs, de ses rêves mais aussi de sa violence et dresse le portrait de deux pères. Jonathan Murray, médecin, après une rencontre éphémère avec une femme aussi étrange qu’envoûtante, se retrouve avec une petite fille au pouvoir surnaturel à l’image de sa mère. Sammy Agnew, ancien paramilitaire, voit son fils suivre ses traces dans une violence affirmée et assumée. Les deux pères ont peur pour leurs enfants, endossent leur responsabilité et craignent de rester impuissants. Le brasier sera-t-il un jour définitivement éteint, une paix sera-t-elle possible, une paix durable, sans retour en arrière ?

« Il a besoin de dire à son fils que la violence est une chose qui se transmet, comme les maladies cardiaques ou le cancer. C’est une sorte de maladie. »

« Il y a des choses qu’un père peut porter à la place de son fils et d’autres choses qui doivent être portées seules. »

« Parler c’est comme un muscle. Si on ne s’y met pas régulièrement, ça finit par coincer. »


Ecouter la lecture de la première page de "Les lanceurs de feu"   

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Dominique Goy-Blanquet

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture