« Il faudrait se séparer quand tout va bien, pour ne conserver que de beaux souvenirs. Je t'aime, je m'en vais. Moi aussi, je t'aime ; adieu ! Le mariage serait pour le meilleur jusqu'à ce que l'amour nous sépare, valable un mois et tacitement reconduit. »
Emmanuel Pons

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45860241

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Jean-Pierre Martinet

Jean-Pierre MARTINET

La grande vie
L'Arbre Vengeur

58 pages | 21-11-2006 | 9€

Adolphe Marlaud employé des pompes funèbres habite un appartement avec vue sur le cimetière qui domine la rue Froidevaux, une de ces rues parisiennes où « on meurt lentement, à petit feu, à petits pas, de chagrin et d’ennui ». Son activité se résume à « vivre le moins possible pour souffrir le moins possible » tout en surveillant la tombe de son père qui a dénoncé sa mère à la Gestapo... Mais c'est sans compter Madame C. sa concierge sorte de King-Kong adipeux aux gros seins qui va le persécuter sexuellement mais aussi le couvrir d'attentions. Un court texte qui mèlent le désespoir et la tristesse mais toujours avec un humour noir qui ne laisse pas indifférent.

« Je pensais souvent à ce cinéaste japonais, Ozu, qui avait fait graver ces simples mots sur sa tombe : "Néant". Moi aussi je me promenais avec une telle épitaphe, mais de mon vivant.»

Thème(s) : Littérature française