« Quand on est tout seul avec soi pour ennemi, il y a des pensées pires que la réalité. »
Anne-Marie Garat

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

98061495

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Luiz Antonio de Assis Brasil

Luiz Antonio de ASSIS BRASIL

Musique perdue
Le Temps des Cerises

1 | 265 pages | 12-08-2014 | 18€

en stock

Joaquim José de Mendanha dit Quincazé est le fils d’un maître d’une Lyre (orchestre d’amateurs) d’une petite ville du centre du Brésil qui devait composer sans cesse à la demande de l’église. Le maître vieillissant s’aperçut que son fils était doté de l’oreille absolue, son avenir semble alors tracé, il prendra la suite de son père. A 6 ans, il joue du piano, à 10 de la lyre, à 13 de tous les instruments. Il est donc envoyé dans la ville voisine chez l’organiste de l’église, passage éphémère tant la tyrannie de l’homme l’effraie. Il s’enfuit et rejoint Bento Arruda Bulcao un homme riche cultivé et musicien qui a reconnu son talent et lui enseigne l’improvisation, la composition et la direction d’orchestre et beaucoup plus… Bento à regret, pour que son protégé prenne son envol, le confie ensuite à un prêtre musicien. De toutes ces rencontres, de tous ces enseignements, Quincazé tire grand profit, acquiert la maîtrise de son art, et composera la cantate parfaite qui fera de l’ombre aux créations divines et ne sera jouée qu’une seule fois. Un superbe parcours au cœur de ce roman d’apprentissage fort et sans fausse note jusqu’à la chute et le silence final.

« Jusqu’à maintenant, tu jouais de la musique, et tu la jouais parfaitement, mais tu ne ressentais pas toute sa richesse et sa beauté. Un musicien, pour ressentir la musique en profondeur, doit être cultivé. C’est une chose de jouer du clavecin, mais c’en est une autre de savoir ce que tu joues, d’en ressentir toute la profondeur et la beauté. »

Ecouter la lecture de la première page de "Musique perdue"

Fiche #1493
Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Vincent Gorse