« Venise est une utopie… elle a été inventée par des rêveurs, si le monde ne rêve plus, elle disparaîtra. »
Dominique Paravel

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

97231941

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Mathias Enard

Mathias ENARD

Déserter
Actes Sud

1 | 255 pages | 14-08-2023 | 21.8€

« Déserter » mène de front deux récits avec en toile de fond la guerre. Dans un maquis méditerranéen, un homme est en fuite. Il déserte. Il veut s’extraire de l’humanité, fuir, fuir la violence de la guerre, fuir sa propre violence. Mais en réalité, une traque se met en marche, traque de l’humanité envers ce fuyard sous la forme peut-être d’une jeune femme elle-aussi en fuite pour des raisons opposées. Le 11 septembre 2001, lors d’une croisière aux alentours de Berlin, un colloque rend hommage à Paul Heudeber, mathématicien ancien déporté qui a survécu aux camps, un homme entre poésie et mathématiques, indissociable de sa femme Maja, présente à ce colloque dirigé par leur fille Irina. Paul Heudeber était un fidèle, fidèle aux mathématiques, fidèle à ses convictions : « Mon père marchait sur deux jambes : l’algèbre et le communisme. » Fidèle malgré les trahisons, les mensonges dans le cadre intime ou professionnel et la folie nazie. La guerre, la fidélité, l’engagement, la trahison et le mensonge, la fuite, l'amour, l’espoir, Mathias Enard ne touche-t-il pas du doigt l’essence même de l’humanité ?

« L’humanité me semble, en gagnant le capitalisme, avoir perdu l’humanité. Partout dans le monde. »

Ecouter la lecture de la première page de "Déserter"

Fiche #3071
Thème(s) : Littérature française