'Les cicatrices sont comme les années, se disait-il, elles s’accumulent petit à petit, et tout ça finit par faire un être humain.'   Robert Seethaler

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



23188662

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Patrick Fort




- 1 -



Patrick FORT
Le foulard rouge
Gallimard
365  pages
21  euros

21-03-2020

 

    « Le foulard rouge » nous entraîne à travers trois destins au cœur de l’Histoire, au cœur du camp de Gurs, ouvert de 1939 à 1946, où furent internés notamment Espagnols, Italiens et Juifs… Giovanni Fontana, l’homme au foulard rouge, vit aujourd’hui en solitaire, dans les Landes, et l’Histoire se rappelle à sa mémoire. Il doit revenir à Gurs. Il s’était évadé du camp et c’est là qu’il a connu son seul amour, Maylis qui aidait les prisonniers. Il la croyait morte et c’est elle, qui aujourd’hui, le convie à un retour sur le passé. Elle s’est mariée avec Victor qui était également présent au moment du camp. Ce qui s’est déroulé dans ce camp, personne ne peut l’oublier : délation, violences, viols, prostitution, marché noir… l’horreur au quotidien (« Nous avons défendu la république d’Espagne, et une autre république, celle des droits de l’homme et du citoyen, nous emprisonne. A ne plus rien y comprendre. ») même si certains, risquant de rejoindre également le camp, ont fait un autre choix, le choix de l’humanité, de la solidarité, de l'entraide. Le récit montre parfaitement que certains souvenirs ne peuvent jamais s’effacer, que même cinquante ans après, le pardon reste difficile pour certains et pour d’autres s’accepter, accepter ses actes d’alors, est aussi ardu : « L’oubli était une imposture, un mur vacillant aux pierres mal scellées, dressé entre un avant et un après dont la frontière invisible se désagrégeait dès qu’on la frôlait. ». Trois voix qui reviennent avec une émotion intense sur un épisode douloureux de notre histoire mêlant parfaitement une histoire intime et la grande Histoire.

« L’uniforme sert souvent à donner une importance factice à des hommes qui en sont dépourvus. Ajouter des galons à un abruti et il se pavanera. Donnez-lui un peu d’autorité et il se prendra pour le roi du monde. »

« Le départ n’est supportable que s’il contient la promesse du retour. »


Ecouter la lecture de la première page de "Le foulard rouge"   

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture