'Mais tant que le pauvre a faim, il brave le législateur.'   Khadi Hane

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



18797511

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Philippe Blasband




- 1 -



Philippe BLASBAND
Irina Poignet
Le Castor Astral
160  pages
13  euros

13-07-2008

 

    Maguy est veuve et grand-mère d’un petit garçon très malade, atteint par une maladie orpheline. Le diagnostic est très réservé. Un traitement pourrait le sauver mais il demeure extrêmement coûteux (et non remboursé…). Les parents de Félix l’ont abandonné et seule Maguy continue à espérer alors qu’elle n’a pas les moyens pour assurer le financement de ce traitement. Ancienne hôtesse d’accueil à la RTBF, elle va devoir trouver un emploi mais à son âge, toutes les portes restent closes ! Proche d’abandonner, en passant dans un quartier, elle lit une affichette « Cherchons hôtesse », et elle va enfin être acceptée dans ce nouvel emploi inattendu qui bouleversera sa vie. Hôtesse du « Sexy fun », Maguy va être surnommée « Irina Poignet », la reine de la branlette, si consciencieuse qu’elle sera atteinte d’un « pénis elbow » et qu’elle fera de l’ombre à ses collègues. Un travail qui lui permettra de sauver son petit-fils et de rencontrer l’amour, elle qui n’y croyait plus. Ce roman de Philippe Blasband base du scenario de « Irina Palm » évite les écueils du sujet et oscille avec réussite entre gravité et humour. Un bon moment belge…

« Comment tu trouves ton nouveau boulot, Irina Poignet ?
Luisa se remet à rire. Mais Maguy a pris la question au sérieux. Elle réfléchit :
- Je ne savais pas qu’il y en avait tellement, des zizis.
- Un par homme ! Et comme ils sont trois milliards…
- Je les imaginais pas si différents. Je ne savais pas qu’il y avait tant de possibilités.
- C’est comme les nez, ou les chiens. Des petits chiens. Des gros chiens. Des chiens à poils ras…
- Tu avais raison. C’est comme des petits animaux.
»


Thème(s) : Littérature étrangère

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture