« Pourquoi ne peuvent-ils pas se contenter d’être des hommes ? Pourquoi sont-ils obligés de le devenir ? »
David Vann

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

98180255

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Régis Franc

Régis FRANC

Je vais bien
Les Presses de la Cité

1 | 155 pages | 02-08-2023 | 18€

Régis Franc nous offre le récit autobiographique d’une famille qui se voit percuter par la mort prématurée de la mère. Elle meurt alors que son mari met la dernière pierre à la maison qu’il a construite pour elle, pour eux. Un séisme dont les enfants (Régis et sa sœur) ne se remettront pas (« Alors une lourde, longue, longue vague comme jamais a déferlé sur mon âme : Maman est morte. »). L’auteur qui se voit maintenant comme le miroir de son père revient sur l’histoire de sa famille et de ses ascendants. La mère disparue, la figure du père prend naturellement une place importante. Un père avec qui il a peu parlé (« Trop de silences ont sédimenté entre nous. »), mais un père qui l’a construit, qui lui a certainement ouvert les portes d’une certaine liberté. Une famille modeste, le père deviendra maçon après avoir été viré pour des revendications collectives salariales que le patron n’acceptera pas, donc un père engagé, digne, fraternel, cultivé. Illustré de nombreuses anecdotes, portrait tendre, émouvant et attachant d’une famille, d’un monde ouvrier encore plein d’espoir voire d’utopie, d’une douleur intense après la mort d’une mère, trop tôt donc forcément injuste.

« Nous apprîmes alors la mélancolie, sentiment si inapproprié au caractère des gens du peuple. »

Ecouter la lecture de la première page de "Je vais bien"

Fiche #3058
Thème(s) : Littérature française