« Ca t’arrive jamais de penser qu’on est tous des victimes ? »
Peter Farris

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

68681407

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Rose Meller

Rose MELLER

La sentence
Folies d'encre

1 | 167 pages | 14-07-2013 | 16€

Rose Meller, femme, écrivain, juive, en 1932 à Vienne, sut de quoi était capable la justice et la puissance dévastatrice d’une sentence. Ce roman, écrit après la guerre, restitue sous forme d’allégorie, son histoire mais aussi les remous et dérives de l’époque. Un avocat (narrateur) du parti socialiste autrichien défend un juif viennois pour une affaire qui semble ordinaire. Cet homme s’est vu refuser la réparation de son monocle et a décidé d’en emprunter un en attendant la réparation… Accusé de vol, le procès est ouvert. Joutes oratoires entre un avocat, un procureur et un juge. Les regards se font agressifs, méprisants, hargneux, les camps s’affrontent. M. Joseph Schmidt ira jusqu’au bout de son désir de justice. Jusqu’au bout du monde, puisque, après l’arrivée d’Hitler et les fuites ou exils des protagonistes vers les Etats-Unis, le procès reprendra sur cette terre, mais quelle différence, la justice et ses travers ne traversent-ils pas les continents ?

Ecouter la lecture de la première page de "La sentence"

Fiche #1324
Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Georges Andersen