« ...la douleur éprouvée par un sans-abri excède même ce qu’il peut en dire, qu’il ait ou non de l’éducation ou un diplôme. Elle est plus profonde, plus sourde, plus sombre que ces mots morts-nés dont nous disposons pour communiquer chaque jour et peut-être aussi que tous les vocables dont nous nous servons pour écrire… Nous ne croyons plus aux lettres : elles n’ont pas su protéger de la chute ceux qui les maîtrisaient. »
Rhéa Galanaki

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

97231630

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Serge Latouche

Serge LATOUCHE

Le pari de la décroissance
Fayard

1 | 302 pages | 20-01-2007 | 19.3€

Un livre qui tombe à pic en cette période électorale. Serge Latouche tente de démontrer dans son dernier ouvrage que la décroissance n'est ni un retour aux cavernes ni le symétrique de la croissance. L'environnement devient un enjeu majeur, chacun a pratiquement admis qu'espérer une croissance infinie dans un monde fini est une fuite en avant et notre modèle actuel de développement s'apprête donc à vaciller. Serge Latouche à partir de la notion d'empreinte écologique montre qu'au rythme actuel, les ressources de la planète seront vite épuisées. Le développement durable semble faire écho à ce désastre annoncé mais pour Serge Latouche, même si ces "développements à particule" (développement durable, croissance durable ou soutenable, commerce équitable…) ont permis une amélioration de la compréhension de notre vie actuelle et future, ils représentent finalement qu'un nouvel habillage de la croissance et tentent de rendre son mythe plus acceptable. On ne pourra faire l'économie (...) de la redéfinition des taux, mesures, indices, coûts sur lesquels reposent ce mythe et notre économie : le PIB correspond-il réellement à La Mesure Universelle de la richesse ? Quand les vrais coûts de transport seront-ils intégrés dans les prix (un aliment parcourt en moyenne 2400 km avant que vous ne l'ingurgitiez) ?... Le pari de la décroissance est de marquer une rupture nette avec le consumérisme à outrance et le mythe fondateur de l'économisme qu'est la croissance sans pour autant abandonner richesse et bonheur, notions qu'il faudra cependant peut-être redéfinir…

Fiche #195
Thème(s) : Littérature française