« Une famille, c’est une embarcation fragile… »
Serge Joncour

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

96780206

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Edouard Louis

Edouard LOUIS

Qui a tué mon père
Le Seuil

1 | 88 pages | 24-06-2018 | 12€

Edouard Louis sait nous parler de violence mais cette fois, son hurlement se mêle à un cri d’amour pour son père, un père mort avant l’heure, éprouvé et étouffé par la société, par la pauvreté et par le discours récurrent et si conventionnel des politiques. Edouard Louis ne mâche pas ses mots, il nomme, il désigne les auteurs de cette violence sourde et assassine, il se place du côté de ceux qui sont « à l’écart du monde ». C’est court, c’est percutant, c’est direct, sans artifice et si réel.

« … la politique, c’est la distinction entre des populations à la vie soutenue, encouragée, protégées et des populations exposées à la mort, à la persécution, au meurtre. »

« … nous sommes ce que nous n’avons pas fait… »

« Pour les dominants, le plus souvent, la politique est une question esthétique : une manière de se penser, une manière de voir le monde, de construire sa personne. Pour nous, c’était vivre ou mourir. »

Ecouter la lecture de la première page de "Qui a tué mon père"

Fiche #2161
Thème(s) : Littérature française