« Partir, c'était moins douleureux qu'être parti. »
Clara Dupont-Monod

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

89959372

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Andreea Rasuceanu

Andreea RASUCEANU

Une forme de vie inconnue
Le Nouvel Attila

1 | 320 pages | 10-07-2023 | 21€

Rencontre avec trois femmes, trois femmes qui n’ont pu, elles, se rencontrer alors qu’elles ont habité la même rue. Une rue de Bucarest (personnage principal du roman) mais à des époques différentes. Trois femmes et une histoire de Bucarest. Ces trois femmes ont aussi en commun d’avoir perdu un proche, d’avoir ressenti un séisme lors de cette disparition mais d’avoir souhaité avancer, retrouver espoir. Chacune souhaite bâtir, qui une église, qui une maison, qui une famille. Bucarest baigne dans la religion orthodoxe et a vu passer moult envahisseurs digérant certaines de leurs influences. L’auteur nous fait donc voyager dans le temps, dans l’intimité de ses personnages avec comme point d’ancrage Bucarest et nous en offre une monographie bien singulière et passionnante.

« Il n’est pas vrai que le temps guérit toute blessure. Qu’il apporte l’oubli. Ce n’est pas le temps qui diminue la souffrance, c’est la souffrance qui diminue le temps. »

« C’est stupide. Toute la vie on s’efforce de s’éloigner de ses parents et on finit, au fond, par leur ressembler. »

Ecouter la lecture de la première page de "Une forme de vie inconnue"

Fiche #3042
Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Florica Courrioil