'Mais ce qui est frappant lorsque l’on revient à la vie parmi les morts, c’est le silence qu’ils sont capables de faire, tous ensemble. '   Gildas Guyot

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



19525120

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Romans traduits par Andréas Saint-Bonnet




- 2 -



Flemming JENSEN
Le blues du braqueur de banque
Gaïa
192  pages
17  euros

09-06-2012

 

    Max est brillant, homme politique de l’ombre, il trouve toujours solution aux problèmes que lui pose notamment son meilleur ami, Tom alors Premier ministre du Danemark. Pourtant lorsqu’il le tue armé d’une bouteille de whisky, il panique. Mais rassurez-vous un bref instant, son génie reprend vite le dessus, il le pense tout du moins. Quelques détails plus ou moins saugrenus et anodins le ramèneront à la réalité… Humour décalé, dialogues frais bousculant et interpellant le lecteur, un joyeux narrateur braqueur... Du burlesque nordique !

« La vie est comme un attelage de chiens de traîneau ! … Si l’on ne s’assure pas d’être le chien de tête, le paysage reste toujours le même, à savoir l’arrière-train du chien juste devant ! »

« Les politiciens sont des amateurs. Et ça ne pose aucun problème. C’est même le principe de la démocratie : nous devons tous avoir notre mot à dire, puisque nous sommes tous à égalité – tout simplement. »


Ecouter la lecture de la première page de "Le blues du braqueur de banque"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Andréas Saint-Bonnet

 


- 1 -



Lotte HAMMER   -  Soren HAMMER
Morte la bête
Actes Sud
398  pages
23  euros

07-04-2011

 

    Les vacances avec sa fille de l’inspecteur Konrad Simonsen sont brutalement interrompus par la découverte atroce de cinq cadavres, cinq hommes affreusement mutilés et pendus dans un gymnase d’un établissement scolaire. Après quelques flottements dans l’enquête (même l’identification des corps s’avère ardue), et quelques rumeurs, le point commun les unissant est découvert : ces cinq hommes étaient pédophiles. La colère dans la population gronde, la presse et l’opinion semblent entériner cette justice expéditive et personnelle ! La recherche des coupables est-elle vraiment indispensable ? n’était-ce pas la vraie solution ? autant de questions que l’on sent parfois poindre à chaque évènement de ce type… La population refuse de coopérer, les pressions, manipulations s’enchaînent, même l’équipe de Konrad Simonsen semble parfois vaciller, hésiter surtout qu’elle tarde à établir les véritables mobiles, manipulation, pressions sur l’Etat, vengeance personnelle… Heureusement ce premier volume de la série des polars de ces auteurs danois nous prouve que Konrad Simonsen est un enquêteur entêté et ne cédant à aucune menace et pression !

"Il m'a demandé si je pensais que le monde pouvait être changé par une poignée de personnes se battant contre l'ordre établi... une réponse aussi simple que vraie : le monde a toujours été changé de cette façon"

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Andréas Saint-Bonnet

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture