« La fiction est la réalité. La réalité est la fiction. La confusion inévitable mène au malheur. Ou peut-être à une autre forme d’humanité. »
Fabrice Humbert

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45829371

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Lydie Salvayre - Rêver debout

Lydie SALVAYRE

Rêver debout
Le Seuil

205 pages | 06-09-2021 | 18€

Don Quichotte, combattant des moulins à vent, Lydie Salvayre vient nous prouver que cette image est très réductrice. Elle nous fait partager ses quinze lettres à Cervantès, un hommage au Quichotte, des coups de gueule, le ton peut être cinglant, tendre ou moqueur, un questionnement permanent, moult sujets abordés, les thèmes d’hier restent prégnants dans notre société moderne (« … quatre siècles après les choses ont fort peu évolué, même si elles ont pris des formes plus insidieuses et plus suaves en apparence… »). Lydie Salvayre prend la défense du Quichotte, de son Quichotte puis se rangera progressivement et respectueusement aux côtés de Cervantès. Elle manie l’humour, l’ironie, la colère avec un équilibre maîtrisé, elle sait appuyer là où ça fait mal, pointer les contradictions, les renoncements, nous invite à reprendre notre réflexion. Quinze lettres pour nous rappeler ce qu’est le courage, pour (re)prendre nos combats, (re)trouver nos utopies, (re)nouer avec nos rêves (« …ce monde s’apprend par le rêve autant que par l’agir. »), refuser l’injustice, ne pas avoir peur de dire non et agir… sans craindre les revers et autres échecs. « … si la folie est le nom que l’on donne à ce qui, chez un être, subsiste encore de puissance visionnaire », alors Lydie Salvayre dans ce vibrant hommage à la littérature et à Cervantès prouve qu’il reste le roi des fous et le Quichotte un personnage essentiel.

« … la poésie demeure, au bout du compte, la seule chose qui se puisse opposer à la violence et à l’absurdité du monde. »

Ecouter la lecture de la première page de Rêver debout

Thème(s) : Littérature française