'Les gens ne croient plus au marxisme mais vénèrent l’astrologie. Créons l’astromarxisme et réconcilions les intellectuels et le peuple.'   Frédéric Pagès

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



35303863

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Luc Baba - Tout le monde me manque








Luc BABA
Tout le monde me manque
Luce Wilquin
159  pages
16  euros

22-08-2008

 

    John, le narrateur, vit seul dans une maison à l’entrée d’un village. Son père et sa mère sont séparés et passent le voir régulièrement. Dès les premières pages, le lecteur ressent que John est différent et ses relations avec ses parents en pâtissent (sa mère est « Madame Lime » et John ne peut prononcer ``maman’’ ou ``ma mère’’ ; son père n’est plus vraiment son père depuis qu’il a tué son chien). Il se sait différent (« Tout le monde me manque », solitude et manque) mais ne semble pas s’en préoccuper, et d’ailleurs personne ne se préoccupe vraiment de lui. Le village l’observe méfiant ou craintif. Sa seule activité se limite à l’élaboration d’un théâtre miniature où les acteurs sont ses proches et les villageois (« Je l’ai fabriqué. Pourquoi ? Pour mettre les gens dedans et qu’ils jouent. Ils jouent à quoi ? A sauver leur tête… »). Il y aura bien deux tentatives d’intégration, un travail aux espaces verts et une participation à une activité théâtrale encadrée mais elles ne sauront le réorienter vers un quotidien serein. On sent la noyade proche sans que personne ne sache lui tendre la main. Inéluctable, son unique pièce ne pouvait être qu’un drame ! Une terrible insertion dans le monde de la folie. Comme dans son précédent roman, Luc Baba excelle décidément dans la description des failles et folies humaines.

« Ca me rappelle que j’aimerais beaucoup avoir un enfant aveugle. Je pourrais lui mentir. J’aime bien écrire mes aventures parce que les gens qui lisent ne voient pas ce que j’ai vu, ils voient les phrases et réinventent ce que j’ai vu à partir de tout ce qui bouge dans leur tête à eux. »

« Il y a des choses qui ne peuvent pas être justes. Par exemple, les autres seront toujours plus nombreux que moi »

Thème(s) : Littérature française

 


Les titres de Luc Baba lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Luce Wilquin lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture