'Il faudrait se séparer quand tout va bien, pour ne conserver que de beaux souvenirs. Je t'aime, je m'en vais. Moi aussi, je t'aime ; adieu ! Le mariage serait pour le meilleur jusqu'à ce que l'amour nous sépare, valable un mois et tacitement reconduit.'   Emmanuel Pons

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



26479146

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Michèle Astrud - J'ai rêvé que j'étais un garçon








Michèle ASTRUD
J'ai rêvé que j'étais un garçon
Diabase
156  pages
16  euros

26-09-2009

 

    J’ai rêvé que j’étais un garçon est un roman sur l’adolescence, sur la séduction mais surtout sur l’identité et l’ambiguïté. Michèle (prénom neutre…) est une collégienne solitaire et observatrice, attentive. Elle a un an d’avance mais son redoublement bouleverse sa vie (« Maintenant tout a changé. J’ai le même âge que les autres. La même taille. Les mêmes lectures, les mêmes sujets de conversation. C’est comme si j’avais grandi d’un seul coup. ») d’autant plus qu’elle rencontre Annie, la lumineuse Annie que chacun admire et aime. Mais pour Annie, Michèle est une présence parmi d'autres alors que Michèle voudrait tant devenir son Amie, son double. Pour tenter de rompre sa solitude, de s’accepter dans sa globalité, son corps, ses sentiments, pour accepter les autres, leurs regards, Michèle imagine un jeu troublant, ambigu, espérant approcher l’intouchable Annie, comme un défi nécessaire à son accomplissement : « J’ai peur, j’ai honte mais je ne céderai pas ma place, aussi inconfortable soit-elle. Je me souviens brusquement des phrases incantatoires du petit homme en noir : l’illusion, c’est la vie, c’est la vraie vie. L’illusion est toute puissante. L’illusion domine le monde. Elle le façonne, elle le fabrique, elle le crée. L’illusion est le moteur du réel. Il faut que j’aille jusqu’au bout. Je n’ai plus le choix. »

Thème(s) : Littérature française

 


Les titres de Michèle Astrud lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Diabase lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture