'Quand devient-on parent ? Quand on le désire, quand on accouche, ou qu’on le veut et qu’on l’affirme ? … C’est quand tu acceptes que ton fils soit un autre, et que tu l’aimes tel qu’il est.'   Silvia Avallone

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



16436045

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Gwenaëlle Aubry - Personne








Gwenaëlle AUBRY
Personne
Mercure de France
159  pages
15  euros

20-12-2009

 

    Personne est le portrait douloureux d’un père, portrait dressé par sa fille après sa mort. Le témoignage offre les deux points de vue simultanément, celui de la fille qui ressent tous les sentiments devant ce père qui n’est pas dans la « norme » et celui du père qui malgré tous ses efforts ne pourra être comme les autres et qu’aucun soutien ne pourra sauver de la maladie. Cet homme longtemps endossera un masque pour paraître dans la société mais ne pourra jamais accepter et intégrer le monde et progressivement, deviendra personne et sombrera. Ce roman-abécédaire (vingt-six chapitres, un pour chaque lettre de l’alphabet) expose l’évolution de cet homme atteint de psychose maniaco-dépressive face à son entourage personnel et professionnel (il est avocat) et surtout devant les yeux attendris, interloqués, apeurés de ses deux filles. Un texte bouleversant.

Prix Femina 2009

« C’était cela peut-être qu’il lui fallait : arracher l’ancre, larguer les amarres, quitter les regards, prendre la route avec pour seule compagnie une vieille jument paresseuse et deux petites filles hilares et débraillées. Son masque, pourtant, il y tenait, à moins qu’il n’ait été tenu par lui. Quand j’ai appris que masque en latin se dit persona, j’ai aussitôt pensé à lui. Un instant j’ai cru comprendre son anxiété des codes, de l’ordre, des hiérarchies. S’il s’escrimait ainsi à jouer les grandes personnes, c’est peut-être que sous son masque, il n’y avait personne… »

Thème(s) : Littérature française

 


Les titres de Gwenaëlle Aubry lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Mercure de France lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture