'Nous sommes tous de passage. Simplement de passage. '   Laurine Roux

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



17529058

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Sandra Jayat - La Zingarina








Sandra JAYAT
La Zingarina
Max Milo
247  pages
19.9  euros

18-08-2010

 

    La Zingarina entre récit et roman retrace le destin de Sandra Jayat ou plutôt de Stellina, un destin au coeur d'une actualité brûlante… En effet, elle quitte à quinze ans dans les années 50 le campement familial installé en Italie. Elle part rejoindre Paris et son cousin Django refusant un mariage forcé comme la coutume l’impose habituellement. Elle nous fait part de son périple à partir du Lac Majeur, de ses rencontres souvent pénibles, de ses difficultés pour se nourrir, pour vivre tout simplement. Lors de son voyage rejaillissent les souvenirs de son grand-père et de son père qui lui ont décrit la vie tzigane. Les instants durs restent éclairés par la poésie de S. Jayat. Arrivée à Paris les poches vides, elle saura forcer le destin et les portes. Elle rencontrera le Paris intellectuel, littéraire et musical (Marcel Aymé, Ionesco, Chagall, Picasso, Moustaki, …) sans oublier ses racines et son passé. Le ton n’est ni larmoyant ni triste et retrace le destin d’une femme partie de rien, qui s’est faite seule grâce à son talent, à sa force et à sa capacité à ne pas oublier ce que les siens lui ont appris au cours de ses premières années.

« N’oublie pas petite, une Zingarina ne montre jamais ses larmes quand elle est triste : elle se redresse et elle danse. »

« Une Zingarina, tu vois, c’est moi ! Je suis comme une herbe sauvage, je grandis librement. »

« Tu as voulu te fabriquer une liberté, Stellina. N’oublie pas qu’il n’y a pas de liberté sans blessure. »

« Nous ne sommes pas des sauvages mais des civilisés d’une autre civilisation. Nous ne sommes ni supérieurs ni inférieurs au reste de l’humanité. Nous sommes différents, c’est tout ! Bien des gens ne supportent pas que l’on ne vive pas comme eux. Nous vivons notre vie sans nous préoccuper du nom du pays où nous séjournons. »

Thème(s) : Littérature étrangère

 


  Les titres de l'éditeur Max Milo lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture