'L'amitié ce n'est pas d'être avec ses amis quand ils ont raison, c'est d'être avec eux quand ils ont tort.'   André Malraux

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



13614820

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Ramy Zein - La levée des couleurs








Ramy ZEIN
La levée des couleurs
Arléa
202  pages
18  euros

24-04-2011

 

    Le jour où Siham grimpa dans un arbre aux abords de sa maison, elle ne l’oubliera pas. Depuis cet arbre, elle assistera au massacre de sa famille par des miliciens qui d’habitude passaient leur chemin et ne s’arrêtaient pas. Seul son petit frère caché dans la maison sera épargné, elle le retrouvera en état de choc. Parmi les miliciens, elle reconnaît l’épicier d’un village voisin où elle se rendait avec ses parents. La vision de ce terrifiant évènement ne la quittera plus, elle la hantera (« Dans sa tête il fait toujours guerre »), vision obsédante qui l’empêchera de croire en un avenir. Jamais elle ne pourra comprendre ces haines, ces meurtres entre communautés voisines dont elle ne ressent pas les différences. Aussi seule l’envie de vengeance la maintient en vie (« Elle sait qu’il ne la quittera pas tant qu’elle ne l’aura pas revu ») et lui permet de continuer d’avancer alors que la guerre demeure omniprésente. Le destin de Siham comme celui du Liban ne semble pas pouvoir s’en affranchir : oublier est impossible, pardonner c’est trahir les morts et simplement vivre c’est aussi trahir ses morts. Un roman essentiel pour rappeler la puissance destructrice de la guerre aujourd’hui, demain et après demain.

« Elle pense à Maher, même quand elle ne pense pas à lui, il est là, qui imprègne sa perception du monde comme un écran invisible entre elle et les choses. Tout porte sa trace autour d’elle, tout résonne de sa voix. Elle est captive d’une prison immatérielle dont il est le geôlier sans mains et sans visage. »

« Un regard absent qui n’exprime rien, rien qu’une insondable lassitude, une lassitude au-delà du sensible, désincarnée, minérale. »

Thème(s) : Littérature étrangère

 


  Les titres de l'éditeur Arléa lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture