'Depuis qu'on sait que les américains arrivent, tout le monde a été résistant. Tout le monde a connu un juif. Un juif qu'on aimait bien. Un juif à qui on a rendu service. Un bon juif.'   Louis Calaferte

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



Vaux Livres - Le livre du mois

Janvier - Février 2015


Adolfo Bioy Casarès
Journal de la guerre au cochon

Ed. Robert Laffont



   

L'auteur

Adolfo Bioy Casarès (1914-1999) est un des très grands écrivains argentins du XXème siècle. Il est surtout connu pour l'Invention de Morel mais également pour sa proximité avec Jorge Luis Borgès. Cette longue amitié se traduira par une collaboration littéraire donnant naissance à de nombreux livres sous le pseudonyme Bustos Domecq. Adolfo Bioy Casarès est un maître pour affoler le lecteur en naviguant entre réalisme et surréalisme en passant par un fantastique maîtrisé et sans oublier son humour grinçant si personnel. Il reçut en 1990 le prix Cervantès (plus haute distinction littéraire en langue espagnole).

"Journal de la guerre au cochon" (1969)

Robert Laffont a enfin réédité ce roman toujours d'actualité qui était indisponible de longue date. Dans une ville ressemblant bougrement à Buenos Aires, Isidro Vidal, 60 ans, quand il n'est pas avec son fils, retrouve " les garçons ", de vieux potes, avec qui il joue au carte. Vie paisible que deux évènements viendront bousculer violemment traité en parallèle par Bioy Casarès. L'amour d'abord avec sa rencontre avec la jeune Nélida. Puis la peur, une peur croissante suscitée par des milices de jeunes qui partent à la chasse des vieux (à partir de quel âge est-on vieux ?), nettoyage de la ville au programme, et les autorités laissent faire. Son fils tente de le protéger, Isidro se cache, longe les murs, et nous parle de cette atmosphère, du danger, des disparitions. Au cœur de cette tension, " les garçons " s'observent, s'épient, les regards et appréciations évoluent. Le roman oscille entre humour grinçant, tendresse, horreur, terreur, tension et nous parle de ces sociétés où la peur s'immisce et qui se scindent en communautés ou en bandes pour mieux s'affronter. Un roman paru en 1969 qui n'a donc pas pris une ride !

Bibliographie (extraits)

- L'invention de Morel
- Plan d'évasion
- Le songe des héros
- Dormir au soleil
- Un champion fragile
- Chroniques de Bustos Domecq
- Nouveaux contes de Bustos Domecq


Mentions légales