'L’ennui, poursuit-elle, c’est que les gens pensent que l’amour va tout sauver. Les plus emmerdants exigent que l’amour les sauve d’eux-mêmes.'   Audur Ava Olafsdottir

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



Vaux Livres - Le livre du mois

Décembre 2007 - Janvier 2008


Philippe Comar - Les dunes d'Ambleteuse
Editions Arléa






Le roman

Les dunes d'Ambleteuse (côte d'Opale, arrondissement de Boulogne-sur-Mer) accueillent un personnage décalé et atypique auquel le lecteur s'attachera progressivement et irrémédiablement. Scientifique au Muséum d'Histoire Naturelle, il préfère le terrain et l'extérieur aux laboratoires. Les dunes d'Ambleteuse sont un terrain d'observation idéal des différents comportements de ses protégés, les lapins de garenne. Etranger à toute ambition carriériste, il est attaché par dessus tout à sa liberté. A la suite d'un accident, le lecteur le retrouve alité et réduit à l'état de malade dépendant. Sa guérison semble aussi liée au récit de son aventure qui l'a mené jusqu'à ce lit, retour sur son passé et sur lui-même qui le révèleront, vous le révèleront. Il partage avec sa femme et son chien Darwin, une vie simple, dénuée de confort, dans un environnement précaire mais le confort " moderne " est loin de ses préoccupations... Sa vie suit un rythme ancestral menée par la nature et les éléments et ne sera perturbée que par sa mésaventure. Roman à suspense où règne une ambiance étrange, décrivant la trajectoire d'un homme décidé devant ses choix essentiels de vie. Un homme vivant, libre et debout ! Superbe portrait pour ce premier roman d'une grande maîtrise dans son déroulement et dans son écriture.

Code : 9782869596597
Editions Arléa
200 pages
Prix : 16 euros


L'auteur

Philippe Comar est professeur de morphologie à l'école des Beaux Arts.


Bibliographie

Philippe Comar a édité différents ouvrages sur l'art et un second roman "Mémoires de mon crâne" dans la collection "L'un et l'autre" de Gallimard.

Mémoires de mon crâne : Tous les lundis de l'Académie des sciences n'offrent pas un ordre du jour d'une logique aussi élémentaire que la séance du 14 mai 1821. Les trois sujets qui occupent ce jour l'Académie sont : la Membrane de l'hymen, la Flore médicale des Antilles, et la Tête de mort venue de Suède. Pendant deux heures, pendant six mois, pendant un siècle mon crâne va hanter les couloirs de l'Académie, déchaîner les polémiques, exciter les plus grands esprits, enorgueillir quelques-uns, humilier quelques autres.


Mentions légales