'Parce que c’est ça, la vieillesse : perdre.'   Giovanni Arpino

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10856350

Alice Zeniter




- 1 -



Alice ZENITER
L'art de perdre
Flammarion
510  pages
22  euros

07-01-2018

 

    L’art de perdre convoque l’Histoire au cœur d’une saga familiale sur trois générations, histoire tumultueuse entre l’Algérie et la France, histoire des Algériens qui firent le choix de la France, histoire de leur accueil, de leur silence, de leur perte d’identité, et de toutes leurs pertes. C’est Naïma, la petite dernière, qui souhaite entreprendre ce voyage vers le passé, revenir sur ses racines, son histoire et l’ambiance de la France en 2015 n’y est pas pour rien... Ali, le grand-père est celui qui prit La décision. Il avait déjà combattu lors de la dernière guerre pour la France et il préféra la rejoindre. Lui et sa famille devinrent « harkis » dans les camps de transit, connurent l’humiliation et le mépris pour finalement rejoindre le camp des invisibles. Son fils, Hamid, voulut oublier l’Algérie, les silences de son père, sa soumission, la religion mais lui-même choisit aussi le silence (« Ils ne veulent pas du monde de leurs parents, un monde minuscule qui ne va que de l’appartement à l’usine, ou de l’appartement aux magasins… Un monde qui n’existe pas parce qu’il est une Algérie qui n’existe plus ou n’a jamais existé, recréée à la marge de la France. Ils veulent une vie entière, pas une survie. Et plus que tout, ils ne veulent pas dire merci pour les miettes qui leur sont données. »). Naïma, la troisième génération, veut comprendre : elle va entreprendre un voyage aux sources, vers Alger puis la Kabylie, qui lui ouvrira les portes de son passé et de l’apaisement. Alice Zeniter fait parfaitement ressentir l’effet des traumatismes engendrés par l’exil et le déracinement : chacun peut le ressentir à sa manière, mais tous préfèrent se taire et ne peuvent se soulager de ce poids qui les étouffe, seuls les regards permettent de comprendre. Brillant, intelligent, 500 pages passionnantes qui exposent en détail le ressenti de trois générations sur leur histoire, qui nous parle objectivement de l’Algérie et de la France, d’hier et d’aujourd’hui et alimente sereinement le débat récurrent (et parfois répétitif) sur l’identité.

« L’histoire est écrite par les vainqueurs. »

« Tu peux venir d’un pays sans lui appartenir, suppose Ifren. Il y a des choses qui se perdent… On peut perdre un pays. »


Ecouter la lecture de la première page de "L'art de perdre"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture