'Partout les côtes des chiens offertes aux coups de pieds des valets.'   Mathieu Riboulet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



12596452

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Daniel Arsand




- 2 -



Daniel ARSAND
Un certain mois d'avril à Adana
Flammarion
374  pages
20  euros

28-08-2011

 

    Daniel Arsand dans ce roman a choisi d’incarner le génocide arménien, de lui donner un visage. A Adana, au sud de la Turquie, les communautés arméniennes et musulmanes vivaient côte à côte de longue date, mais évidemment sans se mélanger, en feignant de s’ignorer. L’auteur évoque les changements de comportements, les mensonges portés par une minorité qui finissent par emporter la majorité, les non ingérences et ingérences coupables des représentations étrangères, les comportements individuels et collectifs… Il revient sur la folie meurtrière collective qui emporte tout et tout le monde. Chacun réagit avec sa personnalité mais la folie est plus puissante, plus rapide, plus violente. Tout le monde est dépassé. Un roman éprouvant sur la folie humaine qui, hélas, continuera de s’exprimer en d’autres lieux, en d’autres temps…

« Des anciens marmonnent qu’il n’est pas un agneau qui ne désire être un loup. »


Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Daniel ARSAND
Des chevaux noirs
Stock
174  pages
15.5  euros

21-08-2006

 

    Jo Harfang ("Je m’appelle Jo Harfang et je viens des confins du monde") a dix-neuf ans et a tué sa tante et quelques hommes, des inconnus, des amants. De sa prison il nous rapporte sa funèbre épopée et sa dérive en nous présentant sa généalogie puisqu'il est le dernier de sa lignée ("lignée de héros, dynastie de cinglés") dont le passé marque au fer rouge la vie sans amour de Jo ("Pouvoir aimer quelqu'un, une chimère ? Question sans intérêt"). La famille implantée à Roanne semble frapper par la malédiction et Jo se prenant pour un Dieu ("je voulais être centaure et fléau divin") n'aura de cesse de traduire sa haine en actes ("La haine est un sentiment salutaire... J’ai la haine franche, généreuse, flamboyante "). Il prendra la suite de son grand-père suicidé au milieu de quatre chevaux noirs et deviendra le cavalier de la folie. L'épopée d'un Dieu, d'un criminel ou d'un malade mental pour laquelle le lecteur devra attendre la dernière page pour établir son sentiment définitif.

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture