'La solitude est un pays qui brûle.'   Yannick Haenel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



12346892

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Eric Vuillard




- 2 -



Eric VUILLARD
L'ordre du jour
Actes Sud
155  pages
16  euros

02-01-2018

 

    Ils sont vingt-quatre. Vingt-quatre chefs d’entreprise en 1933. Vingt-quatre dirigeants, plus ou moins puissants, qui vont suivre, accompagner l’arrivée au pouvoir d’Hitler. Par lâcheté, par intérêt, par soumission, par connivence, ils vont prendre part ou financer le pouvoir hitlérien et surtout continuer de vivre, de produire, de vendre. Eric Vuillard décrit (et interroge) le comportement et les motivations des puissants (du monde politique ou économique) de l’Europe qui opteront pour « la politique d’apaisement »... face à l’efficacité pourtant terrifiante de Goering et Hitler. Et bien après la chute du régime, « Les entreprises ne meurent pas comme les hommes. », Eric Vuillard n’oublie pas de rappeler que l’influence et le pouvoir de ces grandes familles perdureront. Comme à son habitude, Eric Vuillard, dans un court récit au ton parfois ironique, décortique à hauteur d’homme, va à l’essentiel dans les coulisses de l’histoire, emprunte les chemins de traverse, avec clairvoyance, et aimante le lecteur, le questionne, le fait grandir.

« Ici, il n’y a qu’un seul cadrage qui vaille, il n’y a qu’un art de convaincre qui vaille, il n’y a qu’une seule manière d’obtenir ce que l’on souhaite – la peur. Oui, ici, c’est la peur qui règne. Terminées les politesses allusives, les formes retenues de l’autorité, les apparences. »


Ecouter la lecture de la première page de "L'ordre du jour"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Eric VUILLARD
14 juillet
Actes Sud
205  pages
19  euros

12-08-2016

 

    14 juillet, une date universelle ! Connue de tous, un jour historique, une journée charnière mais que sait précisément chacun de nous de ce jour si particulier ? L’histoire officielle, académique, nous a appris les grands noms, les grands discours, les grands effets de manche, les grandes joutes oratoires, le théâtre habituel. En effet, la Révolution ne se situe pas seulement dans les gymnases et les couloirs de l’Assemblée. D’autres peut-être sans toujours savoir réellement pourquoi sont sortis de leur maison, ont abandonné une femme et un enfant, ont pris la rue, les armes, ont crié, couru, sont morts et ce sont ces anonymes qui ont rendu possible ce bouleversement. Et Eric Vuillard se range ostensiblement à leur côté, il recadre, donne chair, remet l’humain au centre des événements, c’est aussi un charretier de Bourgogne arrivé on ne sait comment à Paris et on ne sait quand qui a fait la Révolution ne supportant plus le prix des perruques (les coiffeurs de nos têtes couronnées nous ont donc toujours coûté cher !) et le faste de la cour. Le récit nous plonge au cœur de la révolte, dans la place, loin de l’histoire lisse et propre, au plus près des acteurs anonymes, qui prennent part, souvent de façon très fugace (« Son épopée n’a duré que quelques minutes. ») aux actions du jour, même si « Personne ne sait de quoi la liberté est faite, de quelle façon l’égalité s’obtient. ». Un récit épique haletant qui revient de manière originale sur une journée fondatrice et arrive à point nommé tant l’éloignement entre le peuple et le pouvoir demeure une constante historique !

« Les nobles bouffent les rogatons de première main. Les domestiques rongent les carcasses. Et puis on jette les écailles d’huîtres, les os par les fenêtres. Les pauvres et les chiens récupèrent les reliefs. On appelle ça la chaîne alimentaire. »

« Dès qu’un esprit fermente, on l’emprisonne, dès que cent ou mille esprits fermentent, on envoie les gendarmes leur tirer dessus, mais quand des dizaines de milliers d’esprits fermentent de conserve, alors on envoie une députation, on noue un tire-jus au bout de sont stick, et on l’ébroue gentiment. »


Ecouter la lecture de la première page de "14 juillet"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture