'Tragédie et démocratie sont les enfants d’une même mère, mais qui n’ont pas été conçus au même moment.'   Rhéa Galanaki

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10856279

Pascale Kramer




- 2 -



Pascale KRAMER
L'implacable brutalité du réveil
Zoé
205  pages
9  euros

02-01-2018

 

    Alissa et Richard étaient reconnus sur le Campus comme un couple heureux, souvent envié. Ils s’aimaient et rapidement naquit une petite fille, Una. Basculement définitif et irréversible dans la vie d’Alissa qui se retrouve seule avec le bébé dans une nouvelle résidence où tout le monde semble pouvoir observer la vie de ses voisins. Immédiatement, le doute l’assaille et l’étouffe : « Alissa ne pouvait plus la regarder, elle avait du mal à crier de se savoir absolument incapable d’assumer la responsabilité de cette vie dépendante d’elle face aux déceptions qui commençaient. » Incapacité à assumer et pourtant aucun retour en arrière possible. Pourra-t-elle être mère ? Pourra-t-elle le devenir et sortir de cette solitude ? Le couple survivra-t-il ? Un roman troublant et remuant sur le choix de la maternité et de son quotidien.

Ecouter la lecture de la première page de "L'implacable brutalité du réveil"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère

 


- 1 -



Pascale KRAMER
Un homme ébranlé
Mercure de France
133  pages
15  euros

02-01-2011

 

    Simone assiste et décrit avec lucidité la maladie qui frappe son mari Claude. Ce dernier, la cinquantaine, investi dans le milieu associatif dédié aux jeunes, a refusé de quitter un quartier quand d’autres aveuglés par la peur l'abandonnaient. Pourtant Claude a peu à peu déserté ce monde dans lequel il ne se reconnaît plus, cette société qui l’a rejeté. Le désir de se battre l’a abandonné et il accueille cette maladie à l’issue fatale comme une alliée. Simone toujours amoureuse l’assiste dans cette épreuve mais son impuissance la bouleverse et la dérange autant que les souffrances de son compagnon. Décrire la douleur, les malaises, l’évolution du mal, les souffrances ne semble pas l’épauler, leur relation se dégrade, une incompréhension mutuelle s'impose et la laisse impuissante et désemparée, le crabe se referme sur lui-même... Elle trouvera une faible et fugace lueur d’espoir dans sa rencontre avec Gaël le fils de onze ans que Claude n’avait jamais rencontré, scintillement rapidement éteint par le comportement de Claude (« Elle ne pouvait s’ôter de la conscience que tout ceci était égoïste, égoïste et tellement désespéré »). Un livre assez terrible sur la maladie, l’enfermement dans la maladie, la vérité et le mensonge face à la maladie, le désir d’en finir, l’impuissance de l’entourage et l’évolution de ses sentiments face à la maladie voire au malade : « …elle aspirait désormais : au calme et à l’irresponsabilité ».

Article paru dans la Revue "Page des Libraires".

Thème(s) : Littérature étrangère

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture