'Que reste-t-il d'une civilisation qui va sur la lune mais ne sait plus faire une soupe ?'   Jean Ferrat

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



17550344

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Philippe Rey




- 9 -



Ingrid SEYMAN
La petite conformiste
Philippe Rey
190  pages
17  euros

10-08-2019

 

    La petite conformiste, Esther, est née dans une famille anticonformiste dans toute sa splendeur ! Des soixante-huitards excentriques toujours dans leurs rêves. Sa mère secrétaire anticapitaliste et athée et son père juif pied-noir aux propos parfois étranges, déjantés et constamment apeuré par l’éventualité d’un nouvel holocauste vivent nus. L’éducation est dans le laisser aller, sans contrainte, interdit d’interdire, mais Esther aimerait bien qu’on la regarde, qu’on l’admire. Une famille de gauche évidemment mais qui n’hésite pas à inscrire Esther dans une école catholique des beaux quartiers marseillais qui en réaction choisira de se faire baptiser. Elle trouve une amie aussi en rupture avec ses parents qui la comprend mais à treize ans, elle découvrira le secret de son père et sa vision changera, mais peut-être un peu trop tard. Un récit ambivalent, fou et déjanté parfois, souvent drôle mais aussi grave et questionnant sur la normalité, la maladie et la peur perpétuelle des Juifs.

Premier roman


Thème(s) : Littérature française

 


- 8 -



Tina VALLÈS
La mémoire de l'arbre
Philippe Rey
220  pages
17  euros

01-04-2019

 

    Joan et Jan ne sont séparés que par un « o » tant ils sont proches. Jan est le petit-fils de Joan et relate l’arrivée de ses grands-parents venus de la campagne chez lui, à Barcelone. Il décrit une belle complicité, une écoute, un partage, un dialogue et des questions parfois sans réponse. Le retour de l’école est un moment propice, ils ne sont que tous les deux et en profitent pleinement. Et puis, les silences deviennent plus longs et un jour, Joan oublie le goûter du petit. L’oubli s’installe mais Jan et la famille vont tout faire pour que Joan garde le cap et résiste à ce changement profond. Un joli texte, tendre, délicat, sensible et poétique avec en son cœur, un petit-fils et son grand-père mais aussi les arbres, la nature, les lieux de vie qui nous accompagnent et la mémoire.

« … c’est le silence qui me dérange. Le silence qui parle quand tout le monde se tait, quand papi ne termine pas sa phrase, quand mamie déplie un souvenir sur la table entre les pelures d’orange et que papi ne le voit pas. C’est à cause de ce silence que je voudrais être sourd. »


Ecouter la lecture de la première page de "La mémoire de l'arbre"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Juliette Lemerle

 


- 7 -



Emmanuel SÉROT
On va revoir les étoiles
Philippe Rey
190  pages
17  euros

04-03-2019

 

    Le narrateur n’a rien vu venir, le vieillissement de ses parents lui était étranger et pourtant, l’esprit de ses parents commence à s’envoler trop souvent vers d’autres cieux, et ils ne peuvent rester seuls chez eux, dans la maison familiale qui déborde de souvenirs partagés. Il doit donc les accompagner s’installer dans leur nouvel environnement, un Ehpad. Il relate cet évènement, ce bouleversement et partage ses réflexions, ce que cela déclenche chez lui : questions, souvenirs, réflexions, culpabilité, tristesse… dans une délicatesse et une tendresse remarquables. Le personnel de l’Ehpad est accueillant et attentionné mais ce n’est définitivement pas chez eux et ils semblent le savoir, le sentir. Le fils observe leur nouvelle vie, leur fragilité, se remémore les moments de joie, une nostalgie mesurée devant la lente et inéluctable dégradation. Un texte sensible, pas nécessairement triste, mais qui nous remue car si proche de chacun de nous et si redouté : "Et je me rendais compte qu'on ne s'y fait pas : voir ses parents en maison de retraite. On fait avec, c'est tout.".

Premier roman

« Non, les vieux ne retombent pas en enfance, je crois qu’ils remontent en enfance. »


Ecouter la lecture de la première page de "On va revoir les étoiles"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 6 -



Sophie DAULL
Au grand lavoir
Philippe Rey
158  pages
16  euros

02-08-2018

 

    L’homme est jardinier à la ville de Nogent-le-Rotrou. Anonyme, solitaire, son entourage ne connaît rien de lui, de son passé, une vie bien rangée, sans éclats. Jusqu’au jour où il apprend qu’une romancière viendra dans cinq jours dédicacer à la librairie de la ville son premier roman : il la reconnaît tristement, c’est la fille de la femme qu’il a tuée trente ans auparavant, meurtre pour lequel il a passé des années en prison. Le compte à rebours est lancé : immédiatement, même s’il redoute de la rencontrer, il sent qu’il ira vers elle, ultime punition, « heure des comptes », ou porte ouverte pour un retour à la vie, pour se poser les bonnes questions et peut-être trouver réponses : cinq jours de tension, mal-être, ambigüité... De son côté, la vie et la mort ont éprouvé la romancière, sa mère a donc été assassinée mais sa fille est également morte d’une maladie foudroyante après une erreur de diagnostic. Le récit alterne les souvenirs de l’un et l’autre au jour le jour. Tout est interrogations, tentatives d’explications et de pardon. Les deux situations sont-elles si différentes ? Où sont les barreaux des prisons de chacun, quelle est « la plante grimpante qui s’enroulera autour des barreaux de nos cages, prison ou chagrin, jusqu’à en fendre le mortier » ? Comment ont-ils pu survivre dans leur prison ? Serait-il possible qu’ils s’en évadent, seuls ou mutuellement ? « Au grand lavoir » propose un dialogue puissant et tendre qui interroge brillamment et subtilement sur notre capacité à pardonner, à se détacher sans oublier, et à continuer de vivre avec nos disparus et à côté des responsables.

« Alors j’irai au grand lavoir là-bas, où la mémoire se récure contre le granit rugueux, où la langue se rince au torrent qui mousse comme un savon d’encre, où la fiction fait Javel. Je regarderai l’eau crasseuse s’écouler dans une grande synovie de mots et je laisserai sécher les éclaboussures au soleil de leur consolation. Grande lessive. »

« Et l’amour brisé par une mort injuste n’est pas soluble dans la réparation par l’argent ou la prison. Il n’y a pas d’économie du pardon. »


Ecouter la lecture de la première page de "Au grand lavoir"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 5 -



Paul MCVEIGH
Un bon garçon
Philippe Rey
250  pages
19  euros

13-04-2016

 

    Le lecteur accompagne Mickael, dit Mickey, lors de son dernier été, neuf semaines, dans son quartier de Belfast avant son entrée en collège. Bon élève, il a été admis dans un collège d’élite et espère ainsi quitter son environnement habituel et les autres gamins du quartier, son père l’en empêchera malheureusement et il rejoindra le collège du quartier. L’Irlande de la fin des années 80 vit encore ses conflits qui pèsent lourdement sur l’ambiance, l’atmosphère et le quotidien des adultes et des enfants. Et Mickey continue de rêver au cœur de ces tensions extrêmes, son rêve absolu étant de partir aux Etats-Unis avec sa mère et sa petite sœur. Mais en attendant, il faut bien vivre et sa grande sensibilité ne passe pas inaperçue. Son regard acerbe, douloureux, moqueur, tendre et parfois triste nous décrit son entourage mais rend aussi compte du climat pesant de l’Irlande, de la pauvreté et du climat social déjà délétère, et ses variations de ton, sa vision d’enfant rendent le roman vivant et rythmé. Parcours initiatique et regard émouvant et attachant d’un enfant rêveur et malicieux dans cette Irlande au climat trouble et à l’atmosphère si singulière.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Un bon garçon"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Florence Lévy-Paoloni

 


- 4 -



Peter ACKROYD
Trois frères
Philippe Rey
288  pages
19  euros

28-01-2015

 

    Trois années de suite, le même jour, trois frères naissent à Londres, le Londres de l’après-guerre, ambiance grise et terne, dans la ville, dans les âmes... Leur mère part rapidement sans explication et reste le père quelque peu mutique et frustré de ne pas avoir réussi la carrière littéraire escomptée. Même si les trois frères restent liés, intimement liés, ils s’éloignent l’un de l’autre, ils ne se reverront que pour l’enterrement de leur père et pourtant leurs destins demeurent liés, tragiquement... Londres ne les oubliera pas… Harry, l’aîné, devient journaliste et oublie vite ses origines. Daniel, le cadet, devient critique littéraire et a le verbe assassin. Enfin, Sam, le petit dernier, devient le bras droit d’un marchand de sommeil. Atmosphère à la Dickens, bien noire et glauque, les petites bassesses s’enchaînent, le genre humain n’est pas à son avantage…


Ecouter la lecture de la première page de "Trois frères"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Bernard Turle

 


- 3 -



Nathalie BAUER
Les indomptées
Philippe Rey
496  pages
20  euros

28-10-2014

 

    Voici une énorme saga familiale de 1870 à nos jours dans l’Aveyron, portrait d’une grande famille, les Randan, de propriétaires terriens sur cinq générations. Dans les années 80, les deux sœurs Noélie et Julienne et leur cousine Gabrielle auxquelles se joint la jeune et volontaire Zoé continuent d’espérer sauver le domaine de la banqueroute. Noélie décide alors d’écrire son histoire et de redonner vie à cette large famille. Entre passé et présent, toutes ses facettes sont décrites : ascension et chute, ambitions, rêves, confrontations, douleurs, morts, guerre, héritages, amitiés, amours… sans oublier la beauté des paysages de l’Aveyron, de ses couleurs et odeurs. Nathalie Bauer accorde autant d’importance (et d’amour) aux personnages principaux qu’aux personnages secondaires tout aussi denses, émouvants et attachants, sa fresque retrace avec précision le destin de la bourgeoisie rurale du début du XX ème et prend ouvertement le parti des femmes, aussi bien celles qui subissent, acceptent ce qu’on (frères, père, époux, mère) exige d’elles que les autres, « les indomptées » éprises de liberté, volontaires, qui se débattent pour sortir du rang et pour briser le carcan que l’on tente de leur imposer.

Ecouter la lecture de la première page de "Les indomptées"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Nathalie Bauer lus par Vaux Livres

 


- 2 -



Nathalie BAUER
Des garçons d'avenir
Philippe Rey
445  pages
20  euros

19-06-2011

 

    Nathalie Bauer à partir des notes et carnets de son grand-père a construit un récit romanesque de la première guerre mondiale à travers le quotidien de jeunes hommes issus de milieux différents mais tous continuant de vivre, d’espérer. Après l’horreur des combats, les périodes d'accalmie et les permissions offrent quelques périodes de répit lors desquels la vie reprend ses droits. L’amitié les unit, (« … cette amitié qui consistait à se raconter ce qu’on taisait aux autres, à se confier sans éprouver l’envie de rien cacher, sans rien avoir à prouver, sans ces petits ou grands ressentiments souvent mêlés de jalousie qui ligotaient inexorablement frères et sœurs, à se sentir chez soi n’importe où pourvu qu’on soit ensemble, à partager les mêmes expériences et à discuter ensuite. »), amitié salvatrice qui contribue à les maintenir en vie, chacun apprend de l’autre dans les situations extrêmes qu’ils partagent, des liens indéfectibles se nouent, une aventure humaine forte mais avec retenue et sans révolte. Ces hommes avaient et croyaient en un avenir avant la guerre (étudiants en médecine) mais la guerre bouleversera tout et en décidera autrement. Un récit de la Grande Guerre abordée avec un axe singulier avec une écriture raffinée.

« Pourtant il m’arrivait de penser que ce cran, justement, qui était devenu notre mesure pour évaluer les hommes, n’était qu’un artifice imposé non seulement par notre éducation, mais aussi par l’armée, pour nous unir en une masse obéissante, nous empêcher de nous indigner face à l’horreur, de clamer la peur qui nous ne lâchait pas. »


Thème(s) : Littérature française

Les titres de Nathalie Bauer lus par Vaux Livres

 


- 1 -



Balthasar THOMASS
Le cercle des cendres
Philippe Rey
206  pages
17  euros

25-08-2010

 

    Le narrateur lorsqu’il était jeune garçon vit s’installer un homme venu de nulle part, Friedhart Stahl. Sa mère revient avec lui d’un voyage à Lanzarote, il prend sa place au sein de la famille, devient l’amant de sa mère sous le regard d’un père en retrait. Impressionné, marqué par cet homme, le jeune Munichois devenu adulte entreprend plus tard une enquête sur les traces de Friedhart, représentant de la génération des Allemands de l’après-guerre (il est né en 1942). Ces hommes devront vivre ou survivre avec ce qu’ont fait ou pas fait leurs parents. Ils devront surtout deviner, supposer, questionner, ignorer ou oublier… mais l’apaisement sera souvent hors d’atteinte. Friedhart tentera de noyer sa culpabilité dans le voyage, l’éloignement et le travail. Toujours en marge, moments de solitude, instants de rencontres, jamais il ne pourra se libérer totalement de ce lourd passé, de ce cercle de cendres. La narration n’est pas chronologique mais les aller-retour dans le temps mettent en évidence l’enchevêtrement du passé, du présent et de l’avenir aussi bien que les causes, déroulements et conséquences des événements ayant marqué cet homme emblématique d’une génération écrasée par un sentiment de culpabilité inaltérable.

Thème(s) : Littérature étrangère

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture





- Seyman - Vallès - Sérot - Daull - McVeigh - Ackroyd - Bauer - Bauer - Thomass